Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles locales

La classe politique indignée après les propos racistes d’un député RN à l’Assemblée

« Qu’il retourne en Afrique », a lancé jeudi à l’Assemblée nationale le député RN Grégoire de Fournas lors d’un discours du député LFI Carlos Martens Bilongo sur l’immigration clandestine. Condamné par la classe politique, le député pourrait être sanctionné.

Le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin a jugé vendredi 4 novembre que Marine Le Pen et Jordan Bardella étaient « complices » des propos jugés racistes par l’élu du Rassemblement national (RN) Grégoire de Fournas jeudi à l’Assemblée nationale, se disant favorable à sa démission. .

« J’espère que le bureau de l’Assemblée nationale prendra la décision la plus ferme pour sanctionner ce député. Je pense que la question de sa démission se pose pour lui », a estimé Gérald Darmanin sur BFMTV et RMC, ajoutant qu’il signerait une pétition du Groupe Renaissance réclamant son départ.

Le ministre de l’Intérieur a aussi jugé que Marine Le Pen et Jordan Bardella, président par intérim du RN, étaient « complices de ce racisme ordinaire ».

« Ignominieux »

« Mme Le Pen soutient ce député, elle n’a pas fait un pas de côté. Je dirais même que les propos entendus depuis hier soir légitiment les propos de ce député », a estimé Gérald Darmanin. « C’est la première fois que j’entends quelque chose d’aussi ignominieux » à l’Assemblée nationale, a-t-il dit.

« La polémique créée par nos adversaires politiques est crue et ne trompera pas les Français », a réagi sur Twitter Marine Le Pen, la présidente du groupe RN.

« Qu’il retourne en Afrique », a admis avoir lancé Grégoire de Fournas jeudi lors d’une intervention de l’élu La France insoumise (LFI) Carlos Martens Bilongo, qui s’est exprimé sur le « drame de l’immigration clandestine ». Plusieurs députés affirment avoir entendu « Retournez en Afrique ».

Cette arrestation a immédiatement déclenché un tollé, entraînant après quelques minutes de confusion un arrêt rarissime de la séance de questions au gouvernement. L’élu RN pourrait être sanctionné vendredi par le bureau de l’Assemblée nationale.

« Justifier l’injustifiable »

Ces propos ont provoqué une réaction au plus haut niveau de l’Etat. Emmanuel Macron s’est dit « frappé » par « des propos intolérables », selon son entourage.

Grégoire de Fournas, soutenu par son groupe, a reconnu devant la presse avoir prononcé la phrase « Qu’il retourne en Afrique » mais le député de la Gironde a catégoriquement démenti tout caractère raciste, parlant d’une « manipulation de LFI » visant à lui faire « propos dégoûtants » et disant qu’il voulait cibler le bateau de migrants SOS Méditerranée.

Quand le député de LFI a parlé du bateau de SOS Méditerranée qui n’a pas pu débarquer sur les côtes européennes, j’ai répondu « qu’il doit retourner en Afrique ». Que lui, le bateau, retourne en Afrique », a-t-il assuré.

Les élus RN « tordent les mots pour justifier l’injustifiable », a déclaré Carlos Martens Bilongo, élu du Val-d’Oise, « tellement triste » d’être « rendu à sa couleur de peau ».

« Aurait-il été plus acceptable » que les propos du RN s’adressent « aux réfugiés du bateau SOS Méditerranée en situation critique ? », s’est-il interrogé dans un communiqué après les justifications avancées par le RN. Un rassemblement de soutien au député insoumis sera organisé par LFI près du Palais Bourbon vendredi à 13h00.

« Aujourd’hui, l’extrême droite a montré son vrai visage », a déclaré Mathilde Panot, présidente du groupe insoumis à l’Assemblée. « Nous allons demander la sanction la plus sévère, l’expulsion pour plusieurs mois » de ce député. Le patron de LFI Jean-Luc Mélenchon a réclamé sur Twitter « la déchéance et l’exclusion de l’insulteur ».

Avec l’AFP


France 24

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page