Skip to content
La candidature de Castonguay « ouvre des portes »


Qu’elle devienne ou non la prochaine directrice générale des Canadiens de Montréal, la Québécoise Émilie Castonguay a déjà contribué à l’avancement des femmes dans le monde du hockey professionnel.

• Lire aussi : Patrick Roy : bientôt, son entretien avec le Canadien ?

• Lire aussi : Place aux femmes au CH

« J’ai aussi vu son nom passer parmi les candidats sur les réseaux sociaux. Ça m’a fait rire, mais ça m’a surtout rendu très fier, a déclaré en entrevue la hockeyeuse Marie-Philip Poulin, qui compte sur les services de Castonguay comme agent. Elle ouvre actuellement des portes à d’autres filles. « 

Sans savoir ce que l’avenir réserve à Émilie Castonguay, Poulin ne tarit pas d’éloges sur son agent qui, à 38 ans, est vice-président et directeur des affaires juridiques chez Momentum Hockey.

« Depuis que nous sommes ensemble, c’est incroyable tout ce qu’elle a pu faire pour moi et ma famille », a déclaré Poulin, louant son approche humaine. C’est une femme qui a du « drive » et qui est déterminée. « 

La semaine prochaine?

Même si le Canadien finit par préférer Mathieu Darche, Patrick Roy ou un autre homme pour le rôle de directeur général, la candidature de Castonguay aura été considérée, ce qui est déjà un grand pas en avant. Dans l’éventualité d’une telle issue, Poulin retiendra au minimum les services d’un agent, qu’elle n’échangera pour personne.

Concernant la nomination du prochain directeur général du club montréalais, elle devrait être annoncée d’ici la fin janvier, possiblement d’ici la fin de la semaine prochaine.

Un athlète de premier plan

Entre-temps, Marie-Philip Poulin s’est occupée en tant que fière ambassadrice du hockey féminin. Entre deux entraînements à Calgary, elle fait partie de ces athlètes qui seront les plus visibles en marge des Jeux olympiques. Si cette entrevue a été accordée dans le cadre de la campagne « J’craque pour toi mon coco » des Producteurs d’œufs du Canada, il est aussi possible de le voir dans des publicités pour les cartes de hockey Tim Hortons, entre autres.

« Je fréquente des entreprises partageant les mêmes valeurs que moi », a-t-elle déclaré, soulignant l’importance d’une bonne nutrition. Je ne changerai pas pour plaire à une entreprise. Surtout dans une année olympique comme celle-ci, nous avons la chance d’inspirer une prochaine génération et pour moi, c’est très important. « 

Au petit-déjeuner ce matin-là, Poulin avait mangé deux œufs à la coque… Un déjeuner de champion, pourrions-nous conclure.

VOIR ÉGALEMENT



journaldemontreal

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.