Politique

La BCE propose une hausse des taux et ajoute un outil à sa boîte – POLITICO


FRANCFORT – La Banque centrale européenne a décidé jeudi de relever les taux d’intérêt d’un demi-point de pourcentage, plus que signalé, pour maîtriser l’inflation record qui a déclenché une crise massive du coût de la vie dans la région.

« Le Conseil des gouverneurs a décidé de relever les trois principaux taux d’intérêt de la BCE de 50 points de base », a indiqué la BCE dans un communiqué. A compter de mercredi prochain, les taux d’intérêt des opérations principales de refinancement, de la facilité de prêt marginal et de la facilité de dépôt seront respectivement portés à 0,50%, 0,75% et 0,00%.

La BCE est en retard sur la plupart des grandes banques centrales dans sa lutte contre l’inflation. La décision de jeudi aligne plus étroitement la BCE sur ses pairs, qui ont évolué par paliers de 50 et 75 points de base. Il vient en réponse à l’inflation torride dans la zone euro, qui a atteint un niveau record de 8,6 % en juin.

Le Conseil des gouverneurs « a jugé qu’il était approprié de faire un premier pas plus important sur sa trajectoire de normalisation des taux directeurs que celui signalé lors de sa précédente réunion » compte tenu de ses perspectives d’inflation actualisées, selon le communiqué.

Pour l’avenir, « une poursuite de la normalisation des taux d’intérêt sera appropriée », la future trajectoire des taux devant être décidée réunion par réunion en fonction des données entrantes, a-t-il déclaré.

Outre la modification des perspectives d’inflation, le Conseil des gouverneurs a estimé qu’une hausse plus audacieuse était possible grâce à l’achèvement de son nouvel « outil », qui vise à limiter la nervosité de la dette souveraine alors qu’il continue de normaliser sa politique, a-t-il déclaré.

Alors que le Premier ministre italien Mario Draghi est sur le point de démissionner, la nouvelle crise politique de Rome envoie des ondes de choc sur les marchés obligataires souverains de la zone euro, ce qui pourrait entraîner un resserrement excessif des conditions monétaires dans certains États membres. Cela pourrait rendre plus difficile pour la BCE de relever les taux et de remplir son mandat de stabilité des prix.

L’écart entre les obligations italiennes et allemandes à dix ans s’est creusé à 239 points de base à l’annonce de l’annonce de Draghi.

Les décideurs ont considéré le nouvel outil, baptisé Transmission Protection Instrument (TPI), comme nécessaire pour soutenir la transmission efficace de la politique monétaire.

« En particulier, alors que le Conseil des gouverneurs poursuit la normalisation de la politique monétaire, le TPI garantira que l’orientation de la politique monétaire est transmise sans heurts dans tous les pays de la zone euro », a-t-il déclaré. « L’unicité de la politique monétaire du Conseil des gouverneurs est une condition préalable pour que la BCE puisse remplir son mandat de stabilité des prix. »

Le nouvel instrument peut être activé pour contrer les perturbations injustifiées du marché qui constituent une menace sérieuse pour la transmission de la politique monétaire, selon le communiqué. Il n’y aura pas de limites ex ante pour l’achat d’obligations, et l’ampleur dépendra de la gravité des risques auxquels est confrontée la transmission de la politique.

La présidente de la BCE, Christine Lagarde, doit débuter prochainement sa conférence de presse pour expliquer la décision. Il y a dix ans presque jour pour jour, Draghi a promis de faire « tout ce qu’il faut » pour sauvegarder l’intégrité de l’union monétaire. Aujourd’hui, la responsabilité revient à Lagarde.




Politico En2Fr

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page