Skip to content
Kiev est pressée de faire des concessions à Moscou – Zelensky — RT Russie et ex-Union soviétique


Les gens du monde entier sont de plus en plus « fatigués par la guerre » et la pression sur le pays augmente, a déclaré le président ukrainien

La lassitude face au conflit en cours entre Moscou et Kiev grandit dans le monde entier, a admis lundi le président ukrainien Volodymyr Zelensky. Par conséquent, « les gens veulent une sorte de résultat pour eux-mêmes » et la pression sur le pays pour parvenir à une résolution pacifique des hostilités augmente, a-t-il affirmé.

« Bien sûr, tout le monde veut nous pousser un peu vers une sorte de résultat, forcément défavorable pour nous, parce qu’ils ne nous le demandent pas encore, mais c’est bénéfique pour certains partis qui ont leurs propres intérêts, tant financiers que politiques, ” Zelensky a déclaré aux journalistes.

Il n’a pas précisé exactement quelles parties ont exercé des pressions sur l’Ukraine pour parvenir à un accord de paix avec Moscou. Le président lui-même, ainsi que d’autres hauts responsables ukrainiens, ont exclu à plusieurs reprises toute possibilité de concessions territoriales à la Russie, promettant de récupérer tout le territoire du pays.


Les aspirations territoriales de Kiev incluent non seulement les terres qui sont tombées sous contrôle russe au milieu du conflit en cours, mais aussi les républiques populaires séparatistes de Donetsk et de Lougansk et la péninsule de Crimée, qui se sont séparées de l’Ukraine et unifiées avec la Russie en 2014.

La Russie a attaqué l’État voisin fin février, à la suite de l’échec de l’Ukraine à mettre en œuvre les termes des accords de Minsk, signés pour la première fois en 2014, et de la reconnaissance éventuelle par Moscou des républiques du Donbass de Donetsk et de Lougansk. Les protocoles négociés par l’Allemagne et la France ont été conçus pour donner aux régions séparatistes un statut spécial au sein de l’État ukrainien.

Le Kremlin a depuis exigé que l’Ukraine se déclare officiellement un pays neutre qui ne rejoindra jamais le bloc militaire de l’OTAN dirigé par les États-Unis. Kiev insiste sur le fait que l’offensive russe n’a pas été provoquée et a démenti les allégations selon lesquelles il prévoyait de reprendre les deux républiques par la force.

Vous pouvez partager cette histoire sur les réseaux sociaux :

RTEn

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.