Nouvelles locales

Kenya : percée historique pour les femmes aux élections du 9 août


Les femmes kenyanes ont réalisé une percée historique lors des élections du 9 août, remportant notamment 26 sièges de femmes députées, un pas de plus vers la parité.

• Lisez aussi : Kenya : le président de la Commission électorale proclame William Ruto vainqueur de l’élection présidentielle

• Lisez aussi : Qui était Zawahiri, le terne successeur de Ben Laden à la tête d’Al-Qaïda ?

La campagne avait déjà été atypique avec un nombre record de candidats, dont trois apparaissant comme colistiers des quatre prétendants à la présidentielle.

Mardi dernier, 22,1 millions d’électeurs devaient choisir leur nouveau président, ainsi que 290 députés, 47 sénateurs, 47 gouverneurs de comté et 1 450 membres d’assemblées de comté.

Parmi les 16 100 candidats, les Kényanes ont élu 26 femmes députées, contre 23 en 2017, sept gouverneurs, contre trois en 2017, et trois sénatrices.

Les femmes ont gagné dans les comtés politiquement influents de Kirinyaga et Machakos ainsi qu’à Meru, où l’ancienne représentante des femmes Kawira Mwangaza s’est présentée en tant qu’indépendante et a battu ses concurrents masculins.

Dans la ville de Nakuru, dans la vallée du Rift, les femmes ont remporté huit postes, dont celui de gouverneur et de sénateur.

« Maintenant, asseyez-vous et regardez ce que les femmes peuvent faire lorsqu’elles sont au pouvoir », a déclaré Tabitha Karanja, femme d’affaires à la tête de la deuxième plus grande brasserie du Kenya (Keroche Breweries Ltd) et sénatrice nouvellement élue. sous l’étiquette de l’Alliance démocratique unie (UDA) de William Ruto.

Depuis l’élection de la première femme au Parlement en 1969, le paysage politique au Kenya est resté majoritairement masculin et l’application de la parité inégale.

La Constitution de 2010 exige un équilibre deux tiers/un tiers entre hommes et femmes au Parlement. Mais les deux chambres, dominées par les hommes, n’ont jamais voté de loi en ce sens, malgré les contestations judiciaires pour leur forcer la main.

Le nombre de femmes élues avait déjà augmenté en 2017, atteignant environ 20 % de l’Assemblée nationale. Cependant, le Kenya reste loin de certains de ses voisins, comme le Rwanda, en termes de parité.

Le parcours politique des femmes kenyanes est souvent semé d’embûches et celui des candidates de 2022 n’a pas fait exception.

Selon la Fédération internationale des droits de l’homme et l’ONG Kenya Human Rights Commission, la campagne « a été entachée de violences visant les femmes » malgré les avertissements du gouvernement et ses promesses de s’attaquer au problème.

Cependant, « l’émergence d’un plus grand nombre de candidates confirme que ces tactiques primitives ne fonctionnent plus aussi bien que par le passé », note l’influent quotidien kenyan Daily Nation dans son éditorial du 5 août.



journaldemontreal

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page