Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles localesPolitique

jusqu’à 20% d’augmentation ? La réponse ce mercredi


PRIX DE L’ÉLECTRICITÉ 2022. L’augmentation du prix de l’électricité sera officialisée par la Première ministre Elisabeth Borne, ce jeudi, lors d’une conférence de presse.

[Mis à jour le 14 septembre 2022 à 08h45] C’est désormais officiel, la hausse du prix de l’électricité sera connue ce mercredi après-midi, lors d’une conférence de presse à laquelle participeront la ministre de la Transition énergétique Agnès Pannier-Runacher, le ministre de l’Economie Bruno Le Maire et la Première ministre Elisabeth Borne. Au programme, le nouveau bouclier tarifaire applicable en 2023 et bien sûr, la hausse du prix de l’électricité. Cette hausse devrait se situer entre 10 et 20 % selon Le Parisien, mais plutôt autour de 20 %. De quoi jeter de sérieux doutes sur les finances personnelles des ménages les plus modestes en ces temps d’inflation galopante. Pour rappel, le bouclier tarifaire protège les particuliers contre une hausse du prix de l’énergie, jusqu’à fin 2022. La hausse ne peut, pour l’heure, dépasser 4 %.

Dès aujourd’hui, le gouvernement devrait également se pencher sur la question centrale du plan de sobriété énergétique sur lequel il travaille depuis plusieurs semaines. Dimanche dernier, la ministre de la Transition énergétique Agnès Pannier-Runacher appelait déjà les fournisseurs d’énergie à informer de manière toujours plus transparente leurs clients sur les tarifs pratiqués et les offres en cours. Elle veut qu’ils fassent des « propositions de prix » ainsi que leur promotion. De son côté, Bruno Le Maire, il a tenu à rassurer les Français sur le contenu de cette hausse des prix de l’énergie et notamment de l’électricité sur LCI ce lundi 12 septembre : « ce sera une hausse contenue et raisonnable ». Verdict ce mercredi 14 septembre, où la fourniture de gaz et d’électricité pourrait aussi être au centre des débats.

Le prix de l’électricité s’est envolé en France durant le mois d’août, dépassant les 1.000 euros. Conséquence directe : les clients des fournisseurs alternatifs se retrouvent piégés par cette hausse sans précédent car ces fameux fournisseurs sont soumis au prix de gros, et ses fluctuations impressionnantes qui représentent parfois jusqu’à 50% supplémentaires par facture et par client. Ces fournisseurs ne sont pas calqués sur le tarif réglementé. Résultat des courses : si vous signez un contrat avec ce type de fournisseur d’énergie, vous risquez de payer la majoration au prix fort. Sachez cependant qu’une solution existe pour pallier ce genre de situation extrême : le principe de réversibilité. En d’autres termes, vous avez la possibilité de revenir à un fournisseur historique, au tarif réglementé, en faisant la demande auprès d’un fournisseur tel qu’EDF.

Cette hausse du prix de gros de l’électricité s’explique par l’arrêt temporaire de 32 réacteurs nucléaires français et la hausse insensée du prix du gaz. Si l’hiver prochain s’avère particulièrement froid, des restrictions pourront être mises en place, mais « elles ne concerneront pas les ménages » comme l’a précisé la Première ministre Elisabeth Borne. France Inter le 2 septembre après le Conseil de défense sur la sécurité énergétique. Agnès Pannier-Runacher a également précisé que le géant français de l’énergie « EDF s’est engagé à redémarrer tous les réacteurs pour cet hiver ». C’est-à-dire les 32 réacteurs actuellement à l’arrêt, de quoi prendre la mesure de la situation exceptionnelle dans laquelle se trouve le pays. Le président de la République Emmanuel Macron s’est exprimé lundi 5 septembre depuis l’Elysée : « Le prix sur ce marché européen de l’électricité doit être formé de manière beaucoup plus cohérente et en lien avec les coûts de production. » Le prix de l’électricité sur le marché européen est beaucoup trop dépendante des apports marginaux, notamment ceux du gaz en période de pointe, ce qui fait que vous avez un prix de l’électricité déconnecté de la réalité des coûts de production. »

Cette flambée des prix de gros aura-t-elle un réel impact sur votre facture d’électricité ? Pas vraiment. Pour l’heure, les clients des fournisseurs historiques comme EDF sont couverts par le bouclier tarifaire mis en place par le gouvernement. Autrement dit, la hausse des tarifs de l’électricité est plafonnée à 4% jusqu’à fin 2022. Nous vous conseillons de privilégier ces offres indexées sur le tarif réglementé, comme EDF, il est fixé par les autorités. Publique. Les tarifs fixés par l’Etat via le « tarif bleu EDF » (réglementé) sont disponibles ici. Attention tout de même, une fois la fin du bouclier tarifaire confirmée, potentiellement fin 2022, les tarifs pratiqués par EDF pourraient également augmenter, notamment début 2023.

Bruno Le Maire a indiqué au Parisien une augmentation « de 20 térawattheures (TWh) du volume d’électricité nucléaire vendu à prix réduit par EDF à ses concurrents, pour le porter exceptionnellement de 100 à 120 TWh ». « Cette mesure sera automatiquement répercutée sur les factures des particuliers, qu’il s’agisse de ménages ou d’entreprises qui achètent leur électricité au tarif réglementé », assène-t-il. « Ces volumes seront accessibles à tous les consommateurs, particuliers, collectivités et professionnels, via leur fournisseur, selon des modalités qui seront précisées très prochainement », précise le ministère de la Transition écologique dans un communiqué.

Et concrètement, quel impact sur votre facture ? « Pour être très concret, pour un appartement de 60 m², la facture d’électricité moyenne est de 1.000 euros. Sans cet accord, elle aurait augmenté de 350 euros », évalue le locataire de Bercy. « Là, ça va augmenter de 40 euros. Pour une maison de 140 m2, avec une facture de 2.000 euros, ça aurait augmenté de 650 euros, ça va augmenter de 80. La décision qu’on a prise est massive et efficace ».

Au 1er août, les prix de l’électricité ont déjà été revus à la hausse. Cette augmentation est due à l’évolution du TURPE (tarif d’utilisation du réseau public d’électricité), taxe qui vise à assurer l’entretien du réseau et sa modernisation. L’augmentation moyenne est de 0,91 % pour les consommateurs MT/BT. Il est de 1,39 % par an pour la période du TURPE 6 (2021-2025). Consommateurs HTB, ils affichent une hausse de 1,09% et 1,57% par an. Votre consommation d’électricité a bondi ces derniers mois ? Il faut dire qu’avec les confinements successifs, les températures parfois plus fraîches et le télétravail, il y a de quoi faire grimper la facture finale. Dans ce contexte, vous cherchez des alternatives pour payer moins cher ? Linternaute.com vous dirige vers sa fiche dédiée afin de comparer les prix de l’électricité :

Chez EDF, vous avez le choix entre tarifs réglementés et le offres du marché. Dans le premier scénario, comme expliqué ci-dessus, les prix sont fixés par les pouvoirs publics. EDF propose trois offres distinctes : une offre de base (où le prix du kWh reste le même quelle que soit l’heure et la fréquence), une offre pointe-heure creuse (où le prix du kWh est plus avantageux entre 22h et 6h) et une offre dite « Tempo » (où le prix du kWh varie selon l’heure de la journée et les jours de la semaine).

Ce dernier correspond aux ménages ayant « un abonnement électrique d’au moins 9 kVA [et qui disposent] d’un mode de chauffage alternatif, comme le chauffage au bois par exemple », explique-t-on sur le site d’EDF. Pour connaître les offres du marché d’EDF, rendez-vous sur le site internet. Vous souhaitez en savoir plus sur le calcul des prix de l’électricité ? Nous répondons à vos questions. Vous cherchez à changer de fournisseur dans le contexte actuel ? Consultez notre dossier dédié avant de vous lancer :

Si l’on se fie aux dernières données d’Eurostat, le prix du kWh en France atteindra 0,1946 euros en 2021, bien moins que la moyenne des 27 pays de l’Union européenne (0,2203 €/kWh). Le tarif est beaucoup plus élevé dans des pays comme l’Allemagne (0,3193 €/kWh), le Danemark (0,2900 €/kWh) et la Belgique (0,2702 €/kWh).

* OlaWatt est un site du groupe Le Figaro-CCM Benchmark, comme Linternaute.com

Il peut parfois être très difficile de faire la différence entre les différentes offres du marché tant il y a de paramètres à prendre en compte (lire ci-dessus).

Vous pouvez également vous rendre sur le site du médiateur national de l’énergie : energie-info.fr. Vous trouverez notamment un comparateur, ici, dans lequel vous devrez préciser votre option tarifaire actuelle, la puissance souscrite et votre consommation électrique. UFC-Que Choisir propose également un comparateur, ici. Vous obtiendrez alors une liste informative des offres les plus avantageuses selon votre profil. Lorsque vous comparez les offres, gardez toujours à l’esprit la puissance souscrite, le type de tarification que vous souhaitez et votre consommation annuelle (exprimée en kWh).

Vous cherchez un autre comparateur ? Olawatt by BeMove* propose également un comparateur. Vous devez renseigner votre adresse, ainsi que votre consommation annuelle puis vos coordonnées pour recevoir un récapitulatif de votre demande.

Vous souhaitez entreprendre des travaux de rénovation énergétique dans votre logement ? Connaissez-vous My Prime Renov’ ? Ce dispositif a été mis en place l’an dernier en remplacement du crédit d’impôt transition énergétique (CITE). Depuis le 1er janvier, cette fameuse prime concerne tous les ménages, quel que soit leur niveau de revenus. Le montant de l’aide financière, versée à la fin des travaux, dépend des ressources du ménage, de la localisation du logement et de la nature des travaux. Pour en savoir plus, consultez notre article dédié :

En plus des taxes, le prix de l’électricité que vous paierez dépend de plusieurs facteurs. Linternaute.com vous résume les critères :

  • L’abonnement que vous souscrivez, qu’il s’agisse des tarifs réglementés EDF ou d’une offre de marché : vous avez généralement le choix entre deux contrats, un tarif de base et une offre heures creuses. Dans le premier cas, le prix du kilowattheure (kWh) de l’électricité reste le même. Dans le second scénario, il évolue en fonction des pics de consommation. En clair, c’est moins cher la nuit, entre 22h et 6h
  • Votre consommation : éclairage, électroménager, ordinateur, télévision, installations internet… Tous ces équipements consomment de l’énergie, même s’ils sont en veille ! Vous cherchez à réduire votre consommation. Lire notre article : Économiser l’électricité : nos conseils
  • La puissance de votre compteur électrique : 3,6,9 ou 12 kilovoltampères (KVa).
  • L’offre: les prix ne sont évidemment pas les mêmes d’un fournisseur à l’autre.
  • La fréquence de facturation : il va sans dire que cela peut avoir un impact sur la facturation finale. Si vous utilisez davantage votre matériel en hiver par exemple, cela impactera forcément votre facture.

Vous souhaitez en savoir plus sur ce qui compose le prix de l’électricité ? Consultez notre dossier dédié :

Total, Direct Energie… Quelles alternatives à EDF ?

Vous souhaitez sortir des tarifs réglementés d’EDF ? Vous n’êtes pas le seul : chaque mois, 100 000 clients leur disent adieu, selon la Commission de régulation de l’énergie. En changeant de fournisseur, les gros consommateurs, qui consomment 8.000 kWh, peuvent économiser « une centaine d’euros » par an, selon 60 millions de consommateurs dans son édition d’octobre 2019. Total Direct Energie, Eni, Happ-e de Engie, EDF… Que vous vous penchiez vers une offre de marché ou vers des tarifs réglementés, retrouvez toutes les offres en ligne.

GrP1

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page