Nouvelles sportives

Jolie dans n’importe quelle couleur : les femmes dans le basket font les règles du style


Les joueurs de la WNBA, avec un salaire de base maximum d’environ 230 000 $, gagnent beaucoup moins que leurs homologues millionnaires de la NBA, ce qui rend les dollars de marketing encore plus importants. La WNBA dispose d’un pool de 1 million de dollars qu’elle doit dépenser en accords de marketing pour les joueurs, et chaque équipe doit dépenser entre 50 000 et 100 000 dollars par an en accords de marketing pour les joueurs. Tout montant non dépensé est reporté à la saison suivante en plus du minimum.

La ligue a déclaré qu’elle sélectionnait les joueurs pour participer aux efforts de marketing en fonction de divers facteurs : les performances sur le terrain, une marque personnelle établie avec une base de fans active et la volonté de voyager et de participer aux événements de la ligue.

« Les idées sur le corps se manifestent le plus explicitement sur le corps des athlètes – des idées nuisibles et aussi des idées positives », a déclaré Jackson. « C’est une autre façon dont cela peut être un espace de conflit et un espace de mal aussi, selon la façon dont ces idées sont emballées et vendues. »

Tiffany Mitchell aime sentir le balancement de sa queue de cheval lorsqu’elle court sur le court.

Mitchell, qui est noire, a souvent porté ses cheveux dans de longs styles tressés au-delà de sa taille depuis qu’elle a joué en Caroline du Sud de 2012 à 2016. Ce type de coiffure protectrice lui permet d’aller plus longtemps entre les restylages et peut éviter les cassures pendant la mouture de la saison avec Indiana Fever de la WNBA.

Ces tresses oscillantes sont devenues un problème pendant la saison morte de la WNBA en décembre, alors qu’elle était en compétition avec les Melbourne Boomers, une équipe féminine professionnelle en Australie. Basketball Australia, l’instance dirigeante du sport, a déclaré que les joueurs de la ligue devaient s’attacher les cheveux, attribuant par erreur la politique à une règle de la FIBA ​​qui n’était plus en vigueur. Mitchell, l’une des trois joueuses noires de la liste des Boomers, s’est sentie visée, car elle n’avait jamais eu à changer de coiffure pour d’autres compétitions internationales. Basketball Australia s’est par la suite excusé et a annulé ce qu’il a qualifié de politique « discriminatoire ».

« Ils n’ont aucune idée de ce que traverse une femme noire, encore moins une athlète », a déclaré Mitchell. « Donc, je pense que le fait de le porter à leur attention a appelé l’ignorance parce qu’il y a eu des joueurs dans cette ligue qui ont eu des tresses avant moi, et cela n’a jamais été un problème. »


sports En2Fr

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page