Politique

« Je pense qu’on ne sera pas loin des 10% » en septembre-octobre, s’inquiète Michel-Edouard Leclerc

« Je pense qu’on ne sera pas loin des 10% d’inflation » en septembre-octobre, s’inquiétait, lundi 25 juillet, sur franceinfo Michel-Edouard Leclerc, président du comité stratégique des supermarchés du même nom, alors que l’inflation est actuellement de 5,8 % actuellement en France.

>> La hausse des prix est-elle « en grande partie due à la spéculation des grands groupes », comme l’affirme le député LFI Adrien Quatennens ?

Le président du comité stratégique des supermarchés Leclerc estime que la loi de protection du pouvoir d’achat, votée la semaine dernière à l’Assemblée nationale, n’est pas une loi de lutte contre l’inflation, mais une loi « pour compenser les effets de l’inflation » sur les consommateurs : « Avant de compenser, il faut que tous les acteurs économiques se mobilisent, qu’ils se tournent vers leur amont, qu’ils demandent de la transparence à leurs premiers fournisseurs. »

« Le danger, c’est la récessioncraint Michel-Edouard Leclerc. Les Français, aujourd’hui, font des caddies plus petits, donc c’est un vrai sujet de politique de rentrée et je pense qu’il faut se mobiliser. Les pouvoirs publics, eux, doivent entendre ce discours. Le président du directoire de Leclerc dénonce notamment « les profiteurs du marasme ».

Michel-Edouard Leclerc annonce également une opération « prix coûtant carburant » à la pompe lors du week-end croisé du jeudi 28 juillet au soir jusqu’au samedi 30 juillet. Dans un communiqué publié ce lundi matin, le groupe Leclerc explique que cette opération aura bien lieu « dans les 696 stations-service de son réseau ».

Le groupe appelle également à la « suspension temporaire de l’interdiction de la publicité sur les carburants jusqu’à ce que les prix à la pompe baissent durablement »afin de pouvoir informer les consommateurs d’éventuelles réductions sur les prix des carburants.

Le groupe appelle également à la « suspension temporaire de l’interdiction de la publicité sur les carburants jusqu’à ce que les prix à la pompe baissent durablement »afin de pouvoir informer les consommateurs d’éventuelles réductions sur les prix des carburants. « J’ai demandé au ministre de l’Industrie la suspension temporaire de cette disposition qui entre en vigueur le 22 août »explique-t-il, ajoutant que « ce n’est pas être anti-écologiste ». Selon lui, « l’idée c’est de ne pas être trop bête et de faire en sorte que les français ne la prennent pas au moment où ils ont le plus besoin de leur voiture ».



francetvinfo

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page