Nouvelles locales

Jair Bolsonaro entre en campagne pour sa réélection

Un meeting à Rio de Janeiro pour entrer en campagne. Le président d’extrême droite brésilien Jair Bolsonaro a officiellement lancé dimanche sa candidature à l’élection présidentielle d’octobre.

D’un ton fougueux, il a exhorté ses partisans à le soutenir en descendant dans la rue le 7 septembre, jour de la fête nationale, comme ils l’avaient déjà fait l’an dernier avec des slogans antidémocratiques dans certaines manifestations. Et il s’en est pris au Tribunal fédéral suprême (STF) comme il en a l’habitude. « Ces quelques sourds en blouse noire doivent comprendre ce qu’est la voix du peuple », a-t-il déclaré à propos de cette institution. « Le Suprême, c’est le peuple ! » », ont répondu ses partisans.

Attaques contre Lula

Jair Bolsonaro a également dit prier Dieu « pour que le Brésil ne connaisse jamais les maux du communisme », en référence à son adversaire Luis Inácio Lula da Silva qu’il accuse, sans le nommer, de vouloir restreindre les libertés s’il revient au pouvoir le à l’occasion de l’élection présidentielle des 2 et 30 octobre. Selon le dernier sondage Datafolha, réalisé en juin, le fondateur du Parti des travailleurs (PT) fait figure de favori : il obtiendrait 47 % des voix au premier tour, loin devant Jair Bolsonaro (28 %).

Le chef de l’Etat sortant a ainsi lancé un appel direct aux jeunes Brésiliens, dont la plupart, selon les sondages, préfèrent Lula : « il faut attirer les jeunes de gauche dans notre camp, leur montrer la vérité (…) Là où votre candidat a soutenu d’autres en Amérique du Sud, regardez la misère dans ces pays, regardez le Venezuela (…), regardez où va notre Argentine, avec 50% de ses habitants proches du seuil de pauvreté ».

Douze mille personnes ont suivi le discours de Jair Bolsonaro, ont assuré ses organisateurs, même si le stade couvert ne semblait pas plein.

Le président est apparu sur scène avec un gilet pare-balles sous sa chemise, tandis qu’un important dispositif de sécurité, notamment des détecteurs de métaux, était mis en place. Un mois avant l’élection présidentielle de 2018, qu’il a remportée, Jair Bolsonaro a été poignardé au ventre lors d’un meeting.

New Grb1

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page