Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles du monde

Israël admet une frappe aérienne contre une ambulance à Gaza


Les efforts visant à garantir un passage sûr aux ressortissants étrangers à Gaza ont été contrecarrés par le Hamas et par une série de défis logistiques, aggravant encore une situation humanitaire désastreuse alors que des milliers d’étrangers restent coincés dans cette région déchirée par la guerre, selon un haut responsable américain.

Le Hamas, qui contrôle la bande de Gaza, ne permettra à personne de quitter la zone, selon un haut responsable de l’administration. Cela a déclenché une vague de négociations dirigées par l’ambassadeur David Satterfield.

Alors que la crise humanitaire à Gaza s’aggravait, le Hamas a indiqué que les ressortissants étrangers seraient autorisés à partir « à condition qu’un certain nombre de Palestiniens blessés soient également autorisés à partir, ce qui bien sûr n’est pas répréhensible », a déclaré le responsable.

Mais environ un tiers des Palestiniens blessés répertoriés ont été identifiés comme membres du Hamas lors du processus de sélection, ce qui était « tout simplement inacceptable pour l’Égypte, pour nous, pour Israël », a déclaré le responsable.

Après un nouveau cycle de négociations, un accord a été conclu pour garantir « que les civils palestiniens blessés qui partaient avec les ressortissants étrangers n’étaient pas des combattants du Hamas, (mais) de véritables civils individuels pris dans cette horrible et horrible tragédie ».

Une avancée décisive a finalement été obtenue mardi pour permettre aux détenteurs de passeports étrangers et à un groupe de civils grièvement blessés de quitter le pays par le poste frontière de Rafah, le premier groupe étant parti mercredi.

Les problèmes liés au passage de Rafah vers l’Égypte, que l’administration a qualifié de « pas vraiment le passage par lequel passent généralement un grand nombre de civils », ont encore compliqué les choses.

« Nous avons donc dû travailler très soigneusement avec les Egyptiens et avec l’ONU pour mettre en place les mécanismes », a déclaré le responsable, ajoutant que les derniers détails avaient été réglés lors d’appels entre le président Joe Biden et le président égyptien Abdel Fattah El-Sisi et Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu ce week-end.

Parallèlement, a déclaré le responsable, « un processus tout aussi intense est en cours » pour garantir la libération en toute sécurité des otages détenus par le Hamas à Gaza.

La libération réussie de deux otages le mois dernier, a déclaré le responsable, « était en quelque sorte un projet pilote pour voir si cela était possible. C’est possible, mais les chiffres dont nous parlons sont extrêmement difficiles.»

Négocier la libération d’un si grand nombre d’otages, a ajouté le responsable, nécessiterait « une pause assez importante dans les hostilités ».

Mardi, le porte-parole des Forces de défense israéliennes (FDI), le contre-amiral Daniel Hagari, a déclaré que le nombre d’otages qui seraient détenus par le Hamas à Gaza s’élève à 240.

Gn En world

Gérard Truchon

An experienced journalist in internal and global political affairs, she tackles political issues from all sides
Bouton retour en haut de la page