Nouvelles locales

Investir en bourse : ce qu’il faut savoir pour une stratégie rentable

Soyez organisé, restez à l’écoute du marché et des indicateurs macro-économiques du pays, suivez les cours mondiaux et disposez de tableaux de bord regroupant les différents ratios sectoriels et par société cotée. Ce sont les conditions pour bien gérer son investissement boursier. Si la prise en main semble difficile, la tâche devient plus facile une fois les bonnes habitudes installées.

Investir en bourse est à la portée de tous. A condition de respecter certaines règles et d’être discipliné. C’est globalement la conclusion des participants au webinaire, organisé mercredi par la Bourse de Casablanca, en partenariat avec l’Association Professionnelle des Sociétés de Bourse (APSB), sur le thème « Comment bien gérer son investissement en Bourse ? Cette discipline commence par l’établissement d’un plan d’action qui doit être suivi à la lettre.

La position à adopter en bourse est présentée comme très simple. Selon Abdelaziz Lahlou, directeur de l’économie chez Attijari Global Research, il faut suivre de près les publications économiques, être sélectif dans le choix des valeurs et, pour les transactions à court terme, rester connecté au marché. Il est également utile de construire un tableau de bord alimenté par des données pour aider à la prise de décision. Les informations importantes communes à tous les secteurs sont les bénéfices annuels, les dividendes et les perspectives pour l’année suivante. A cela s’ajoutent le programme d’investissement et l’endettement de la société cotée. De plus, des informations telles que le taux directeur, les taux d’intérêt et les volumes de transactions quotidiens du marché peuvent être des indicateurs clés lors de la prise de décision.

Lorsque vous souhaitez investir dans le secteur bancaire, par exemple, les NPL sont un excellent indicateur de performance. Dans l’industrie et la construction, les prix du pétrole et les sites d’investissement de l’État seront surveillés de près. Pour l’industrie agroalimentaire, le tableau de bord devrait permettre le suivi des cours des matières premières et de l’inflation au Maroc. Quand, en revanche, les télécoms seront choisis pour l’investissement boursier, il faudra accorder plus d’attention à la politique de distribution et aux parts de marché. Enfin, la continuité de la chaîne d’approvisionnement est un indicateur important lorsqu’il s’agit d’investir dans la distribution. D’autres ratios peuvent être suivis de près et sont fournis par la presse spécialisée, les sociétés de bourse et sont également disponibles sur le site de la Bourse de Casablanca.

Diversification pour réduire les risques

Les experts ne le diront jamais assez. Diversifier un portefeuille d’actions permet de diluer le risque. Il est également recommandé de détenir entre 12 et 15 lignes (actions de sociétés cotées) par portefeuille. En dessous, le risque est trop grand. Au-delà, la diversification ne contribue plus beaucoup à la réduction des risques. Il est évident qu’il faut s’entraîner suffisamment avant de se lancer.
Combien coûtent les transactions boursières et comment les faites-vous ? Vous devez d’abord vous inscrire auprès d’une société de bourse ou d’une banque pour ouvrir un compte-titres. Ce sont ces entités qui exécuteront les ordres d’achat/vente de titres. Les coûts sont divisés en deux parties. Le premier concerne les frais de transaction. Trois frais caractérisent cette catégorie : « la commission de courtage, prélevée par la société de bourse sur le montant de la transaction (0,6 % HT maximum), la commission de bourse, prélevée par la Bourse de Casablanca sur le montant de la transaction (0,10 % HT) et la commission de règlement/livraison, prélevée par le teneur de compte sur le montant de la transaction (0,20% HT maximum) », rappelle Majd Guebbas, PDG de BMCE Capital Bourse. A noter que la TVA appliquée à ces commissions est de 10%. La deuxième partie des frais de négociation concerne la garde des titres. Il s’agit d’un droit de garde périodique prélevé sur l’encours du portefeuille titres par le teneur de compte selon un barème dégressif. De plus, il existe une taxe sur les produits de cession de titres (TPCVM), retenue à la source sur les plus-values, qui est de 15 %. Le même taux est appliqué pour les revenus d’actions cotées (dividendes).
Pour le Plan d’Epargne en Actions, plafonné à 2 millions de dirhams d’investissement, le retrait total ou partiel des actions du portefeuille est exonéré d’impôt s’il est effectué après la période de conservation minimale de 5 ans.

Les événements à ne pas manquer cette année pour rester connecté au marché :
• Les résultats trimestriels des sociétés cotées, notamment les établissements bancaires, Maroc Telecom, Ennakl et Taqa.
• Le taux directeur de Bank Al-Maghrib dont la prochaine annonce est prévue le 22 mars.
• Résultats annuels et dividendes à fin mars pour l’ensemble du marché.
• Les résultats trimestriels dont la publication commence à la mi-mai.
• Le taux directeur de Bank Al-Maghrib qui sera annoncé le 21 juin.
• Résultats trimestriels prévus mi-août.
• Le taux directeur de Bank Al-Maghrib qui sera annoncé le 27 septembre.
• Résultats semestriels, fin septembre.
• Les résultats des sociétés cotées au troisième trimestre, mi-novembre.
• Le taux directeur de Bank Al-Maghrib qui sera annoncé le 20 décembre.



lematin

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page