Skip to content
Intelligence artificielle : progrès, fascination et… vertige

Dall-E, le tout nouveau programme de génération d’images de la société américaine OpenAI, impressionne par son imagination. Peut-on alors envisager une machine consciente de sa propre existence ? #Tech24 fait le point.

Pour Sundar Pichai, le numéro un d’Alphabet, la maison mère de Google, l’intelligence artificielle pourrait avoir un impact aussi important pour l’humanité que la maîtrise du feu, l’invention de l’électricité ou celle d’Internet. Rien de moins…

Si l’intelligence artificielle est déjà à l’origine de progrès surprenants, par exemple dans la détection des maladies, elle peut aussi permettre des manipulations loufoques. La naissance de ces différentes intelligences a également inspiré des auteurs de science-fiction aussi différents que l’écrivain australien Greg Egan, auteur de « The City of Permutants », ou l’Américain Stanley Kubrick, co-scénariste et réalisateur de « 2001, A Space Odyssey ».

Le terme « intelligence artificielle » est apparu pour la première fois dans la bouche du docteur en informatique John McCarthy – c’était en 1956, lors de la conférence de Dartmouth. Plus tard, au MIT, le même pionnier a cru que « tous les aspects de l’apprentissage, ou toute autre caractéristique de l’intelligence, peuvent être décrits avec une telle précision qu’une machine peut être conçue pour le simuler ». Mais qu’est ce que c’est exactement? On fait le point avec les témoignages de spécialistes recueillis au World AI Cannes Festival par Peter O’Brien.


France 24 Tech

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.