Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles du Canada

Industrie forestière : la lutte continue contre la tordeuse des bourgeons de l’épinette


Alors qu’une diminution des superficies forestières défoliées par cet insecte ravageur a été observée au Québec en 2022, la tendance suit la courbe inverse en Abitibi-Témiscamingue.

À l’échelle de la province, les superficies touchées sont passées de 12 229 847 hectares en 2021 à 9 159 154 hectares en 2022, soit une diminution de 25 %.

En Abitibi-Témiscamingue, on observe plutôt une augmentation de 13 %, les superficies défoliées passant de 2 201 259 hectares en 2021 à 2 478 416 hectares cette année.

Le responsable de l’unité de gestion de Rouyn-Noranda et du lac Abitibi au ministère des Ressources naturelles et des Forêts, Nicolas Pouliot, explique que la tordeuse des bourgeons est présente dans la région depuis 2007, mais que ses effectifs ont explosé au cours des dernières années. années.

Il précise que les territoires les plus touchés sont désormais situés plus au nord.

» C’est le Témiscamingue, le sud de l’unité de gestion de Rouyn, qui a été très touché, et actuellement il est passé à l’est de Val-d’Or et remonte jusqu’à Lebel-sur-Quévillon. Il y a un gros, gros secteur qui a été sérieusement touché cet été et qui est à l’est de Val-d’Or. »

Une citation de Nicolas Pouliot

« Briser le cycle » de la tordeuse

Lors d’une activité organisée par la Table de gestion intégrée des ressources et du territoire (GIRT) de Rouyn-Noranda, une trentaine d’experts, de citoyens et d’étudiants ont pu se rendre en forêt en septembre dernier pour approfondir leurs connaissances sur divers enjeux touchant l’industrie forestière.

Parmi eux, les ravages causés par la TBE et les efforts entrepris par le Ministère et l’industrie forestière pour limiter les dégâts.

Ingénieur forestier au ministère des Ressources naturelles et des Forêts, Luc Michaud rappelle que des relevés aériens sont réalisés annuellement pour déterminer la sévérité de l’épidémie sur le territoire.

Un score de défoliation au niveau du peuplement est ensuite attribué. Cette note est cumulée d’année en année. Il peut être de 0 pour non affecté, 1 pour faible, 2 pour modéré ou 3 pour sévère. On considère qu’à partir d’une cote de 3 années sévères, donc une cote de 9, il est urgent d’agir au niveau de la récolte car les arbres qui sont touchés risquent de mourir.il mentionne.

Luc Michaud, ingénieur forestier au ministère des Ressources naturelles et des Forêts.

Photo : Radio-Canada / Jean-Michel Cotnoir

M. Michaud indique que les dégâts causés par l’insecte sont principalement observables sur le feuillage de l’arbre.

Dans le cas qui nous intéresse, c’est surtout le sapin qui est l’espèce la plus vulnérable, suivi également de l’épinette blanche. Chaque année qu’il y a défoliation, de sorte que l’arbre est mangé par la tordeuse des bourgeons de l’épinette, il y a de moins en moins d’aiguilles vertes, et donc de feuillage dans l’arbre. Une cote de 3, où il y aura eu une année de défoliation sévère, l’arbre montrera encore des aiguilles vertes, alors que lorsqu’on atteint la troisième ou quatrième année d’épidémie sévère, là, il n’y a plus de feuillageil observe.

Sapins endommagés par la tordeuse des bourgeons de l'épinette.

Sapins endommagés par la tordeuse des bourgeons de l’épinette.

Photo : Radio-Canada / Jean-Michel Cotnoir

Pour réussir à ralentir sa progression et briser le cycle de la tordeuse des bourgeons, le Ministère s’assure que les espèces d’arbres plantées après coupe ne figurent pas parmi les aliments de prédilection de l’insecte ravageur.

On joue principalement sur la vulnérabilité des peuplements forestiers. Un peuplement composé majoritairement de sapins et d’épinettes blanches, les espèces favorites de la tordeuse, est susceptible de traverser à chaque épidémie. L’objectif est donc de récupérer ces volumes pour reboiser avec des essences moins vulnérables à la tordeuse, comme le pin gris ou l’épinette noire. Ces peuplements, lorsque l’épidémie cyclique reviendra, 20 à 30 ans plus tard, ils seront moins à risque d’être dérangés de façon majeure.il explique.

Un homme montre une carte, au milieu de la forêt.

Luc Michaud montre une carte aux participants lors de l’activité en forêt organisée par la Table GIRT.

Photo : Radio-Canada / Jean-Michel Cotnoir

Adapter les récoltes pour limiter les pertes

Afin de limiter les pertes économiques liées aux ravages causés par la TBE, le ministère des Ressources naturelles et des Forêts a mis en place, en 2015, un premier plan particulier d’aménagement pour limiter la perte de matières ligneuses.

Au début, nos plans étaient strictement de récupérer. On a donc attendu que les peuplements soient suffisamment touchés, que l’espèce soit sur le point de mourir, pour intervenir. Sauf qu’on a trouvé qu’on perdait la bataille, parce qu’on perdait beaucoup d’arbres, et quand l’essence est trop touchée, elle n’est pas récupérable, pas usinable et difficile à transformer.explique Nicolas Pouliot.

Un homme pose dans la forêt.

Nicolas Pouliot, responsable de l’unité de gestion de Rouyn-Noranda et du lac Abitibi au ministère des Ressources naturelles et des Forêts.

Photo : Radio-Canada / Jean-Michel Cotnoir

M. Pouliot précise que les plans particuliers d’aménagement, avec lesquels les compagnies forestières doivent travailler, ont deux caractéristiques principales.

D’une part, il s’agit de forcer la récolte dans certains peuplements. Nous invitons donc toutes les entreprises forestières à se rendre dans des régions précises. L’autre objectif est d’apporter une aide financière car souvent, lorsque l’arbre est mort, il n’est pas assez haut. En mettant en place un plan préventif, on pense que c’est plus apprécié des industriels, ça leur donne une fibre qui va mourir dans deux ou trois ans, qu’on récolte aujourd’hui, qui peut être usinée, qui peut être transformée et qui est vendableil dit.

Une chenille jaune.

La tordeuse des bourgeons de l’épinette a endommagé près de 2,5 millions d’hectares en Abitibi-Témiscamingue en 2022.

Photo : Ressources naturelles Canada

Des aides insuffisantes, selon les entrepreneurs forestiers

Bien que les peuplements touchés par la TBE soient maintenant exploités de manière préventive et qu’une aide financière soit accordée aux entreprises forestières, certains acteurs de l’industrie estiment que la compensation offerte rend difficile l’atteinte du seuil de rentabilité.

C’est le cas de Daniel Bourgault, directeur général des opérations forestières chez Greenfirst Forest Products au Témiscamingue.

L’aide que nous recevons du gouvernement est pratiquement nulle. L’aide est calculée sur les surfaces d’une carte et est accordée sur les volumes récoltés. Mais l’arbre qui est trop dégradé, il ne part pas à 100% vers les usines. Donc, donner des aides au mètre cube sur des volumes qui n’arrivent pas à l’usine, ça revient à dire qu’il y a peu d’aidesil exprime.

Un tas de grumes de sapin.

Les sapins récoltés dans le cadre de plans particuliers sont souvent immatures, estime Daniel Bourgault. (Les archives)

Photo : Radio-Canada / Priscilla Plamondon Lalancette

Selon M. Bourgault, les arbres récoltés dans le cadre des plans d’abattage préventif sont souvent trop petits et affectent ainsi la rentabilité des opérations.

Lorsque ces bois sont amenés à l’usine, les pressions des équipements doivent être réduites et les vitesses réduites. Nous réduisons donc les performancesil observe.

En plus des arbres immatures, Daniel Bourgault soutient que plusieurs coupes faites dans les secteurs touchés par la TBE se font trop tard.

Il y a au moins 40 % du volume des tiges qui n’arrivent même pas au bord de la route parce qu’elles se brisent en petits morceaux. On peut tolérer une certaine dégradation du niveau de la fibre dans nos scieries, mais là, on est allé droitil se lamente.

M. Bourgault croit que la composante humaine et les difficultés financières des entrepreneurs forestiers ne sont pas suffisamment mises en valeur.

» C’est extrêmement difficile [d’être rentable]. Il faut indemniser financièrement les entrepreneurs qui réalisent les opérations de récolte pour s’assurer qu’ils font un minimum de profit pour les garder efficaces et vivants. »

Une citation de Daniel Bourgault

Pour M. Bourgault, une façon de rendre plus attrayante la récolte dans les secteurs touchés par la TBE serait d’y ajuster les droits de coupe.

Ce qu’il faut savoir, que ce soit du bois brûlé ou du bois épidémique de la tordeuse, les droits de coupe sont les mêmes. Nous payons toujours de grosses redevances. Nous avons peu ou pas d’aide pour les opérations de récolte, et en même temps, en effectuant les opérations de récolte que nous faisons là-bas, nous construisons de nouvelles routes, nous enlevons les arbres mourants et nous préparons les sites pour qu’ils soient capables de se reproduire. [Une baisse des droits de coupe]ce serait une façon de nous donner de l’oxygène pour traverser ces opérations forestièresil argumente.

canada-lapresse

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page