Skip to content
Indisponibilité du caoutchouc naturel local Une préoccupation ;  Attendez-vous à une baisse des prix : Ceat


L’industrie du caoutchouc est actuellement aux prises avec une grande inadéquation entre l’offre et la demande. Pour comprendre l’impact de cette pénurie sur les fabricants de pneus, CNBC-TV18 s’est entretenu avec Kumar Subbiah, directeur financier de CEAT. Subbiah pense que le caoutchouc d’origine locale pourrait être en pénurie, en raison des pluies au Kerala, entre autres raisons, à la suite desquelles les prix ont augmenté à 180 Rs le kg. Cependant, il est convaincu que des prix aussi élevés ne dureront pas longtemps et qu’ils devront éventuellement revenir aux niveaux de parité des importations.

Concernant la disponibilité du caoutchouc, Subbiah a déclaré : « Environ 60 % des besoins de l’Inde sont d’origine locale. Ainsi, au cours des deux dernières semaines environ, la disponibilité de caoutchouc naturel provenant de sources locales a été un peu difficile. L’une des raisons pourrait être due aux fortes pluies au Kerala et, par conséquent, les prélèvements étaient un peu plus faibles. Par conséquent, la quantité de caoutchouc qui arrivait sur le marché était plus faible. Deuxièmement, également, les stocks des commerçants sont également inférieurs et cela s’est produit tout d’un coup, donc, du point de vue de la chaîne d’approvisionnement et aussi du point de vue de la planification, le caoutchouc en feuilles que nous nous approvisionnons localement a été un défi. pour l’industrie.

Il a ajouté: «Nous avons eu une réunion avec une planche en caoutchouc jeudi pour savoir comment atténuer la situation. Nous espérons donc que les choses s’amélioreront dans les semaines à venir en termes de disponibilité du caoutchouc local.

L’Association des fabricants de pneus pour automobiles (ATMA) a demandé mardi au gouvernement d’autoriser les importations libres de caoutchouc naturel dans la mesure où l’écart entre l’offre et la demande est estimé à 4,4 tonnes lakh.

Concernant le nombre projeté d’écart entre l’offre et la demande, Subbiah a déclaré : « Pour l’instant, il s’agit d’un problème à court terme. À l’heure actuelle, la disponibilité est un défi. Nous ne comprenons pas qu’il y aura un manque de 30 à 40% des besoins annuels, mais à ce stade, il y a un écart dans la mesure du nombre que vous avez indiqué à court terme.

« Nous continuons d’importer du caoutchouc, mais cela a un certain délai et dans la situation actuelle où il faut un peu plus de temps pour que les navires viennent des marchés d’Asie du Sud-Est, donc cela doit être planifié », a-t-il précisé.

Il a ajouté : « Pour l’instant, cela n’affecte pas notre production car il y a toujours des stocks dans le pipeline. Mais si des mesures correctives ne sont pas prises en termes de marchés locaux mettant à disposition des quantités adéquates de caoutchouc, je pense que l’option est toujours d’importer du caoutchouc naturel. S’il existe un moyen que le gouvernement pourrait faciliter en termes de concession sur les droits d’importation, cela aidera vraiment. »

Concernant les prix du caoutchouc, Subbiah a déclaré : « Les prix du caoutchouc naturel, les prix locaux ont été d’environ 180 Rs le kg au cours des 3 à 4 dernières semaines ; il est passé de 170 Rs le kg à 180 Rs le kg en grande partie en raison de l’écart entre l’offre et la demande sur le marché local. Les prix internationaux ont également augmenté. Cela aura un impact sur les marges.

Il a ajouté : « En ce qui concerne le trimestre en cours, nous avions précédemment indiqué que les coûts des matières premières allaient augmenter. Nous nous attendons à ce qu’il augmente entre 4 et 5 % au cours du trimestre en cours par rapport au trimestre précédent. Nous maintenons cela en ce qui concerne nos estimations. En ce qui concerne le trimestre en cours, nous croyons fermement que les prix du caoutchouc vont baisser dans peu de temps et je ne pense pas que ce soit un chiffre durable. Les prix devront bientôt baisser pour se rapprocher des niveaux de parité à l’importation. »

Sur demande, a-t-il déclaré, « Le marché continue d’être similaire au niveau du trimestre précédent en ce qui concerne le marché du remplacement. Différentes catégories fonctionnent différemment. Nous avons observé une certaine faiblesse dans les pneus de camions et de bus, les pneus de ferme, que nous avons également partagés plus tôt et qui continue ; il y a aussi un peu de faiblesse dans les pneus pour deux-roues. Du côté des équipementiers, il y a eu une certaine faiblesse, en particulier dans les deux-roues et les voitures particulières en raison de la pénurie de puces. Ces deux se poursuivent au cours du trimestre en cours, donc pas de changement majeur par rapport au trimestre précédent. C’est plus ou moins stable.

Concernant les activités d’exportation, Subbiah a déclaré : « L’un des problèmes auxquels nous sommes confrontés dans le segment des exportations est la disponibilité des conteneurs, des navires, ainsi que la forte augmentation du fret maritime qui se poursuit. Nous avons vu une certaine douceur récemment, une très petite douceur, ainsi que le mouvement des navires, la disponibilité des conteneurs, seraient toujours un défi. »

Pour un commentaire complet de la direction, regardez la vidéo.

(Édité par : Dipikka Ghosh)

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.