Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles locales

« Il n’y a pas d’air » -Martin St-Louis


DENVER | Martin St-Louis a joué assez longtemps dans la LNH pour savoir que les conditions météorologiques ne sont pas optimales pour les athlètes qui n’ont pas l’habitude de jouer en altitude.

• Lisez aussi : Le CH s’incline en prolongation

• Lisez aussi : Artturi Lehkonen : « Un type de joueur difficile à trouver » – Martin St-Louis

Précisant ne pas vouloir utiliser ce phénomène comme excuse, il a souligné que c’est tout de même ce qui a fini par tomber dans les jambes de ses troupes.

« C’est un fait. C’est très difficile de venir ici. Il n’y a pas d’air », a-t-il déclaré après la rencontre.

Tous ceux qui ont regardé le match ont remarqué que les joueurs des Canadiens sont tombés complètement à plat après une première période palpitante.

« Dès la deuxième période, on s’est trop défendu. Nous n’avions plus d’essence dans le réservoir. On s’est vite lassé », a-t-il poursuivi, prenant soin de saluer le travail de ses coéquipiers.

« Dans la seconde moitié de la troisième période, nous avons eu une petite poussée. Nous avons eu quelques occasions. On voulait s’accrocher, mais la seconde nous a fatigués, dit-il. C’est un point important. Nous le prendrons. »

Allen épuisé

La principale victime de ce manque d’énergie fut sans aucun doute Jake Allen. Le pauvre diable se débat devant son filet tandis que ses coéquipiers sont à bout de souffle. Dommage que sur le but gagnant de Mikko Rantanen, il n’ait touché le disque qu’avec son bâton.

Alors que les joueurs de l’Avalanche sortaient de son cercle, Allen avait l’air furieux contre lui-même. Ce n’était pas le cas.

« Non, je n’étais pas en colère. J’étais complètement épuisé », a-t-il déclaré.

Un peu plus loin dans le vestiaire, ses partenaires ont reconnu qu’ils lui devaient une belle chandelle.

« Il était fantastique. Il joue très bien ces derniers temps. Nous savons ce qu’il peut accomplir. C’est à nous de faire un meilleur travail pour l’aider. Nous aurions pu bloquer quelques tirs de plus », a déclaré Nick Suzuki.

Drouin en toute confiance

Cela dit, c’était un appel serré pour le Canadien, par l’intermédiaire de Jonathan Drouin, pour sortir avec la victoire. Non, le Québécois n’a pas réussi à marquer et, oui, l’Avalanche a mis fin au match sur la contre-attaque qui a suivi. Néanmoins, St-Louis était content de la décision prise par le numéro 27.

« Jo a vu la fenêtre d’opportunité et il s’est lancé. Je suis content de voir qu’il l’a fait. Il est passé tout près, a indiqué l’entraîneur-chef du Canadien. C’est un signe d’où il est maintenant. Il joue avec confiance, il joue librement et ça se voit sur la glace. »

journaldemontreal

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page