Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles locales

IA, nouvelles technologies : le Japon a un an et demi de retard dans la recherche de pointe

Envié par le monde pour ses hautes technologies depuis près de 30 ans, le Japon semble perdre sa place de leader dans ce domaine. Selon une étude de l’Université de Tokyo, rapportée par le quotidien The Mainchi, l’archipel a un an et demi de retard sur les pays concurrents.

Cette nouvelle étude confirme une tendance qui se dessine depuis plusieurs années. En 2020, un classement sur la compétitivité numérique mondiale, publié par le‘Institut international pour le développement de la gestion (IMD), a déjà signalé que le Japon était à la traîne, a rapporté Global Risk Insights.

⋙ Quand, en mer Noire, un navire espion russe était coulé par un cargo et 9 000 moutons

71 millions d’articles analysés

Comme l’explique le quotidien anglophone japonais, les chercheurs ont analysé près de 71 millions d’articles dans divers domaines tirés de Scopus, un éditeur universitaire néerlandais considéré comme l’une des plus grandes bases de données au monde.

Afin d’affiner leur étude, les scientifiques ont soigneusement examiné les sujets de recherche des publications ainsi que la manière dont elles ont été menées pays par pays, précise Mainchi. Plus précisément, en termes de technologie avancée, le Japon se classait au 9e rang dans les années 1990 et est tombé au 13e rang en 2020.

⋙ Trans Mountain, le méga-oléoduc qui peut transformer le Canada en géant pétrolier

EN IMAGES, EN IMAGES Japon : les plus belles photos de la Communauté GEO

Les universitaires ont également pu révéler que les Etats-Unis sont en moyenne « à l’avant-garde » dans certains domaines de recherche. De son côté, la Grande-Bretagne est légèrement en retard sur les États-Unis, tandis que l’Allemagne n’a « que » quelques mois de retard.

Les raisons du déclin

Alors, comment expliquer le déclin technologique de ce pays, reconnu depuis longtemps pour ses grandes avancées, mais aussi pour un amour inconsidéré pour le fax poussiéreux, la bonne vieille disquette, comme le racontait Le Monde en 2022, mais aussi pour les sceaux traditionnels. ?

Comme l’explique Global Risk Insights, cet affaiblissement est dû à un écosystème de start-up « sous-développé » au Pays du Soleil Levant. En effet, ces dernières représentent une source d’innovation importante pour un pays, renforçant ainsi la naissance de nouvelles technologies.

L’autre facteur, développé par le Japan Times (JT) dans une publication datant de 2018, serait que le Japon a bien trop sous-estimé la place de l’anglais dans la recherche numérique. Comme le rapporte le JT, la communauté internationale reconnaît toujours l’anglais comme « le langage des technologies de l’information ». Cependant, le pays a trop longtemps considéré la langue de Shakespeare comme une langue « secondaire » à partir de laquelle on apprend « à peine quelques salutations » à l’école.

⋙ Voici 6 destinations pour visiter « l’Enfer » sur Terre

Enfin, comment ne pas évoquer la frénésie autour du développement de l’intelligence artificielle (IA) dans le monde. De nombreux pays s’empressent de développer leurs propres algorithmes d’IA générative.

Cependant, comme CNBC l’a récemment rapporté, le Japon a également pris du retard dans ce domaine par rapport aux États-Unis, à la Chine et à l’Europe. Cette lenteur, poursuit la chaîne américaine, serait en partie due à « lacunes comparatives dans l’apprentissage profond » (LE l’apprentissage en profondeur En anglais).

⋙ Une langue indo-européenne inconnue découverte dans des tablettes hittites ancestrales

Cependant, l’apprentissage profond – un sous-domaine de l’intelligence artificielle utilisant les réseaux de neurones – nécessite une armada d’ingénieurs logiciels que le Japon a du mal à trouver. Et les choses ne vont pas s’améliorer puisque, selon le ministère japonais de l’Économie, du Commerce et de l’Industrie, l’archipel devrait connaître un déficit de 789 000 ingénieurs d’ici 2030, rapportait Tech Wire Asia, en juillet dernier.

Sur le même sujet :

⋙ Une start-up japonaise veut nous remplacer par des « clones » numériques ultra réalistes

⋙ Comment l’intelligence artificielle pourrait traduire des textes anciens et cryptés

⋙ Quand les nouvelles technologies permettent de déterrer d’anciennes structures mayas sous la forêt tropicale

GrP1

Malagigi Boutot

A final year student studying sports and local and world sports news and a good supporter of all sports and Olympic activities and events.
Bouton retour en haut de la page