Skip to content
Hausse des prix de 7 % en 2021, inflation la plus élevée depuis 1982 aux États-Unis


Les prix à la consommation aux Etats-Unis ont grimpé de 7,0% en 2021, enregistrant leur plus forte hausse depuis juin 1982, l’inflation étant une préoccupation majeure du président Joe Biden qui s’est engagé à lutter contre le phénomène.

• Lire aussi : Jusqu’à 6 % d’augmentation : préparez-vous à payer plus cher votre lait d’ici

• Lire aussi : Tsunami ou ondulation ? L’économie mondiale doute d’Omicron

Les prix de l’énergie à eux seuls ont bondi de 29,3% et les prix des denrées alimentaires de 6,3%, selon l’indice des prix à la consommation (IPC) publié mercredi par le ministère du Travail.

Hors les secteurs volatils de l’énergie et de l’alimentation, l’inflation dite sous-jacente a atteint 5,5%, son taux le plus élevé depuis février 1991.

L’inflation, que de nombreux économistes, y compris ceux de la Maison Blanche et de la Banque centrale américaine (Fed), considéraient comme transitoire, est désormais devenue l’ennemi public numéro un. Le président Biden a promis d’arrêter cette spirale.

La Fed vise une inflation annuelle de 2%.

Sur le seul mois de décembre, cependant, les prix ont augmenté moins vite qu’en novembre, à 0,5% contre 0,8%. Mais l’inflation sous-jacente accélère sur un mois, à 0,6% contre 0,5% en novembre.

L’indice mesurant les prix de l’énergie « a baissé en décembre », de 0,4%, « mettant fin à une longue série de hausses », note le ministère du Travail dans son communiqué.

Au cours du dernier mois de l’année, les prix des maisons et des voitures d’occasion ont augmenté le plus. Celles des produits alimentaires « ont également contribué (à la hausse), même si (elles ont) augmenté moins que ces derniers mois », souligne le ministère du Travail.

La variante Omicron pourrait contribuer à augmenter encore les prix, puisque le nombre important de contaminations a contraint les salariés à se mettre en quarantaine, ralentissant de facto la production et la livraison, notamment.

Le président de la Fed, Jerome Powell, entendu mardi par les sénateurs, s’est engagé à agir « en conséquence » si cette inflation record persiste au second semestre de cette année. Autrement dit : la Fed est prête à relever ses taux plus que prévu.

Il a décrit une économie en voie de guérison avec un marché du travail qui « se remet incroyablement vite » de la crise dans laquelle la pandémie de COVID-19 l’avait plongé au printemps 2020.

Les travailleurs trouvent facilement un emploi au point que chaque mois, des millions de personnes démissionnent pour une meilleure opportunité d’emploi et un meilleur salaire.

En décembre, le chômage est tombé à 3,9%, revenant à un niveau proche de son niveau d’avant la pandémie (3,5%).

Les augmentations de salaire offertes par de nombreux employeurs pour attirer des candidats et retenir leurs employés alimentent l’inflation.

VOIR ÉGALEMENT



journaldemontreal-boras

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.