Nouvelles du Canada

Guillaume St-Pierre : un passionné de basket avec « le plus beau talent qui soit passé par ici »


Cet automne, Guillaume St-Pierre fera partie de l’équipe de la Polyvalente Nicolas-Gatineau, en Outaouais, dans la division 1 de la ligue scolaire provinciale de basketball. Une ligue qui lui permettra d’acquérir l’expérience nécessaire pour continuer à se développer.

Quand tu vas en division 1, tu joues avec les meilleurs, tu t’entraînes avec les meilleurs. C’était une grande décision, quitter la maison est difficile, mais je pense que c’est une bonne décisiondit le basketteur de 15 ans.

Il a toujours eu du potentiel, mais c’est avant tout un passionné, appliqué aux détails et concentré. Tout ce que tu as dit était comme une épongesouligne son ancien entraîneur à Rouyn-Noranda, Jonathan Bourgoin-Faubert.

Jonathan Bourgoin-Faubert est professeur et entraîneur de basketball à l’école secondaire Iberville à Rouyn-Noranda.

Photo : Radio-Canada / Jessica Gélinas

C’est vraiment quand nous sommes revenus du COVID. Je m’étais beaucoup entraîné l’année où nous n’avions rien. Quand nous sommes revenus, les entraîneurs ont commencé à me voir, à se rendre compte que j’avais travaillé dur. C’est là qu’ils m’ont dit que j’avais quelque chose et que je pouvais aller loin si je travaillais durexplique Guillaume St-Pierre.

 » Jusqu’à présent, c’est probablement le plus beau talent qui est passé ici. Que j’ai vu de mes yeux. »

Une citation de Jonathan Bourgoin Faubert

C’est un bon leader sur et en dehors du terrain. Sa plus grande force réside dans ses qualités offensives. Dès son plus jeune âge, il lançait facilement [de la ligne des] trois points avec des pourcentages très élevésdécrit l’entraîneur.

Encouragé par ses entraîneurs, Guillaume St-Pierre a réussi cet été à intégrer l’équipe U17 du Québec. Ça s’est bien passé, on a gagné tous nos matchsil résume.

Je savais qu’il avait la volonté. C’était à lui de faire ses preuves. Il l’a faitse réjouit Jonathan Bourgoin-Faubert.

Guillaume St-Pierre s'apprête à lancer un ballon de basket lors d'un match dans un gymnase.

Guillaume St-Pierre veut poursuivre sa carrière au niveau universitaire et qui sait, en NBA.

Photo: Magzfilms

M. Bourgoin-Faubert encourage le jeune joueur à atteindre des niveaux supérieurs, même si cela signifie aussi qu’il perd ce talent un an plus tôt que prévu.

Le professeur et entraîneur de basketball de l’école secondaire Iberville croit qu’un grand accomplissement pour un joueur d’une région est de pouvoir se démarquer au Québec.

J’ai l’impression qu’avec les réseaux sociaux, le Québec, les nouvelles équipes comme l’Alliance qui sont des pros, ça donne de la visibilité aux joueurs, dit-il. Les équipes d’été comme moi, qui nous emmènent aux États-Unis, donnent vraiment une chance aux joueurs du Québec et des régions. Quelqu’un comme Bennedict Mathurin[choixde1stintheNBAbyIndianthissummer)c’estquelqu’unquenousregardonsetnousdisons:c’estpossible[choixde1redanslaNBAparIndianacetété)c’estquelqu’unqu’onregardeetqu’onsedit:c’estpossible[choiceof1stintheNBAbyIndianathissummer)it’ssomeonewelookatandwesaytoourselves:it’spossible[choixde1redanslaNBAparIndianacetété)c’estquelqu’unqu’onregardeetqu’onsedit :c’estpossible

– Avec les informations de Jean-Marc Belzile.

canada-lapresse

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page