Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
À la uneNouvelles

Guerre entre Israël et le Hamas : bombardements, tirs de snipers… l’armée israélienne attaque-t-elle les hôpitaux de la bande de Gaza ?


l’essentiel
Selon les autorités palestiniennes et des ONG, plusieurs hôpitaux de la bande de Gaza ont été touchés vendredi par des bombardements ou des tirs, faisant plusieurs morts et des dizaines de blessés. La Croix-Rouge dénonce une situation devenue « insupportable » et un système de santé au bord de l’effondrement.

Des hôpitaux bombardés ? Des vaccins dans les services de réanimation ? Des patients piégés ? Selon des responsables palestiniens, des attaques meurtrières et des fusillades dans le nord de la bande de Gaza ont touché plusieurs hôpitaux vendredi 10 novembre. Des lieux où les civils cherchent refuge pour échapper aux combats et aux bombardements israéliens, qui ont poussé des dizaines de milliers d’entre eux à fuir.

Attentat à la bombe et fusillade à l’hôpital Al-Shifa

Une attaque a touché le complexe hospitalier d’Al-Shifa, le plus grand hôpital de la bande de Gaza, faisant 13 morts selon le Hamas et des dizaines de blessés. « Tous les hôpitaux de la ville de Gaza ont été attaqués » vendredi par l’armée israélienne, a déclaré à l’AFP le directeur de l’hôpital Mohammed Abou Salmiya. Il a parlé des tirs de chars israéliens sur la maternité. Il avait précédemment déclaré que l’établissement avait reçu « une cinquantaine de corps après le bombardement vendredi matin d’une école » de la ville où se réfugiaient de nombreux déplacés.

L’armée israélienne a indiqué jeudi après-midi qu’une de ses divisions menait des opérations d’envergure dans une zone « très, très proche » de l’hôpital. Vendredi, il a déclaré qu’il « tuerait » les combattants du Hamas « qui tirent depuis les hôpitaux » à Gaza. Alors que les troupes terrestres israéliennes sont soutenues par les bombardements, l’armée a déclaré viser en particulier un « district militaire », adjacent à l’hôpital Al-Shifa, qu’elle décrit comme le « cœur » de l’agence opérationnelle et de renseignement du Hamas.

Un journaliste de l’AFP affirme avoir aperçu au moins sept corps à proximité de l’hôpital. Un père de 32 ans, du nom d’Abou Mohammed, a déclaré à l’Agence qu’il s’était réfugié à Al-Shifa, à l’ouest de la ville de Gaza, avec 15 de ses proches après les bombardements dans leur quartier à l’est. « Il n’y a pas d’endroit sûr, l’armée a attaqué Al Shifa, je ne sais plus quoi faire », a-t-il déclaré.

« L’hôpital de Shifa est tombé. Les blessés et le personnel fuient en masse. Ce matin, il y a eu des attaques de missiles sur le service ambulatoire qui héberge les déplacés. » a tweeté Ghassan Abu Sita, un chirurgien actuellement à Gaza, vendredi après-midi. Dans une vidéo publiée sur (ex-Twitter) de l’agence Shehab, affiliée au Hamas, on peut voir plusieurs blessés et corps sur le sol d’une terrasse. Selon l’agence, la scène a été tournée dans le complexe hospitalier d’Al-Shifa (avertissement, images chocs).

L’hôpital Shifa s’est effondré. Les blessés et le personnel partent en masse. Attaques de missiles ce matin contre le service ambulatoire. qui abritait des personnes déplacées à l’intérieur du pays.

– Ghassan Abou Sitta (@GhassanAbuSitt1) 10 novembre 2023

Tirs de tireurs d’élite à l’hôpital d’Al Quds ?

Le Croissant-Rouge palestinien (affilié à la Croix-Rouge) a déclaré que des tirs de tireurs isolés israéliens vendredi sur l’hôpital Al-Quds dans la ville de Gaza ont fait au moins un mort et 20 blessés, « principalement des enfants ».

« De violents affrontements ont actuellement lieu et des tireurs d’élite de l’occupation (israélienne) tirent sur l’hôpital d’Al Qods, faisant des victimes parmi les déplacés », a indiqué l’organisation médicale dans un communiqué. Dans un autre tweetLe Croissant-Rouge fait état de fusillades « dans l’unité de soins intensifs » de l’établissement.

Un martyr et 28 blessés parmi les déplacés de l’hôpital d’Al-Qods, pour la plupart des enfants, dont deux dans un état critique à cause des tireurs d’élite de l’occupation qui ont visé l’hôpital. De plus, il y a des personnes blessées par des éclats d’obus d’artillerie à l’ouest de l’hôpital.… pic.twitter.com/spA06fQjzI

– PRCS (@PalestineRCS) 10 novembre 2023

Auparavant, l’organisation a publié une vidéo où l’on a vu des soignants opérer un patient éclairé uniquement par une lampe de poche, alors que l’électricité était coupée et qu’aucune livraison de carburant n’était autorisée en raison du siège total imposé par Israël à l’enclave depuis l’attaque du Hamas le 7 octobre. Selon le Croissant-Rouge palestinien, l’établissement fait face à une « menace imminente » qui devra cesser ses activités « dans les prochaines heures faute de carburant ».

Les équipes médicales de l’hôpital Al-Quds fonctionnent avec des ressources minimales en raison des coupures de courant causées par la pénurie de carburant.

Ces vidéos d’une des personnes déplacées continuent de soutenir l’hôpital \ud83c\udfe5 au milieu d’interruptions continues des communications et d’Internet par des tiers… pic.twitter.com/oLzmLKXSXv

– PRCS (@PalestineRCS) 10 novembre 2023

Un hôpital pour enfants assiégé ?

« Les chars israéliens assiègent quatre hôpitaux dans l’ouest de la ville de Gaza », mettant en danger des dizaines de milliers de patients et de personnes déplacées qui y ont trouvé refuge, a déclaré vendredi le ministère de la Santé du Hamas. Des témoins ont notamment vu l’hôpital pour enfants Al Rantissi, encerclé par des chars.

« De nombreux chars (israéliens) sont stationnés à 200 mètres de l’école al-Bouraq, dans la rue al-Nasr, et encerclent quatre hôpitaux de la zone », a rapporté le service de presse du gouvernement du Hamas.

Contactée par l’AFP, l’armée israélienne a déclaré qu’elle « ne pouvait pas discuter de possibles localisations liées à nos opérations » afin de ne pas « compromettre les troupes ».

Un « point de non-retour » a été atteint.

« La destruction des hôpitaux à Gaza devient insupportable et doit cesser », a déclaré le Comité international de la Croix-Rouge (CICR), ajoutant que le système de santé a atteint un « point de non-retour ».

Le bilan a dépassé le seuil des 11 000 morts selon le ministère de la Santé du Hamas, qui fait état de 11 078 personnes tuées dans les bombardements israéliens sur l’enclave palestinienne depuis le 7 octobre. Parmi les décès enregistrés à ce jour figurent 4 506 enfants et 3 027 femmes. De plus, 27 490 personnes ont été blessées.




Gn fr headline

Cammile Bussière

One of the most important things for me as a press writer is the technical news that changes our world day by day, so I write in this area of technology across many sites and I am.
Bouton retour en haut de la page