Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Bourse Entreprise

Grève à la Voie maritime du Saint-Laurent : « Ce conflit de travail va fortement affecter nos entreprises »


«Il va y avoir une perturbation et un retard sur certaines marchandises du secteur manufacturier», craint Marc Cadieux, PDG de l’Association québécoise du camionnage (ACQ), voyant la Voie maritime du Saint-Laurent bloquée en raison de la grève déclenchée dimanche.

• Lire aussi – Voie maritime : « 1000 milles marins » d’un accord pour éviter la fermeture

« Par exemple, il faut amener le minerai, le transformer en poudre d’acier, mais si le minerai n’arrive pas, l’usine ne fonctionne pas non plus », illustre-t-il.

Les quelque 360 ​​travailleurs syndiqués de la Corporation de Gestion de la Voie Maritime du Saint-Laurent, représentés par Unifor, se sont mis en grève dimanche, principalement mécontents des offres salariales de l’employeur.

Selon M. Cadieux, la fragilité de la chaîne d’approvisionnement est mise à l’épreuve. « Il y aura une augmentation des coûts », prédit-il.

« Ce conflit de travail affectera fortement nos entreprises », a déclaré Véronique Proulx, PDG de Manufacturiers et Exportateurs du Québec.

Il existe des alternatives

Pierre Dolbec, président de Dolbec International, une firme spécialisée entre autres dans le courtage en douane, estime au contraire que la grève n’aura pas d’impact significatif au Québec, à moins qu’elle ne s’éternise.

« Nous disposons encore de deux moyens terrestres pour compenser cela, le rail et le camionnage », note-t-il.

« Nous cédons certaines choses au rail. Le rail est-il capable de l’absorber ? », s’interroge toutefois Marc Cadieux.

Céréales et fer

Deux des produits qui transitent le plus sur la Voie maritime sont les céréales des Prairies et le minerai de fer extrait par ArcelorMittal sur la Côte-Nord.

«Ce sont des marchés assez niches», estime M. Dolbec.

Le journal a contacté les trois minoteries de Montréal pour savoir si elles craignaient de manquer de grains, mais elles n’ont pas répondu.

De son côté, le Port de Montréal a autorisé une dizaine de navires se dirigeant vers les Grands Lacs à demeurer à quai ou dans les eaux du fleuve en attendant la réouverture de la Voie maritime, a indiqué un porte-parole. Renée Larouche.

Avez-vous des informations à nous partager sur cette histoire ?

Écrivez-nous au ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.

journaldemontreal-boras

Jeoffro René

I photograph general events and conferences and publish and report on these events at the European level.
Bouton retour en haut de la page