Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles du monde

Google fait face à une réclamation de 20 milliards de livres sterling pour avoir privé les journaux de revenus publicitaires

Google est poursuivi jusqu’à 25 milliards d’euros (21,6 milliards de livres sterling) pour avoir privé les journaux et les blogueurs Internet de milliards de livres de revenus publicitaires.

Le géant de la Big Tech fait face à des recours collectifs au Royaume-Uni et aux Pays-Bas pour avoir utilisé sa technologie publicitaire pour écarter injustement les éditeurs tout en augmentant les revenus publicitaires.

La plainte est déposée au nom de tous les sites Web et éditeurs qui diffusent des bannières publicitaires en ligne, y compris les journaux, magazines, blogs et autres sites de médias numériques.

Toby Starr, associé du cabinet d’avocats Humphries Kerstetter, a déclaré que les victimes britanniques présumées pourraient avoir potentiellement perdu jusqu’à 7 milliards de livres sterling de revenus depuis 2014.

« Cela inclut les sites Web d’information à travers le pays avec un grand nombre de lecteurs quotidiens ainsi que les milliers de propriétaires de petites entreprises qui dépendent des revenus publicitaires », a-t-il déclaré, « que ce soit à partir de leur site Web de pêche, blog culinaire, fanzine de football ou autre contenu en ligne. ils ont passé du temps à créer.

Les revenus publicitaires des journaux ont été particulièrement touchés par la montée en puissance de Google alors que la publicité de marque et les ventes de petites annonces se sont effondrées au cours des deux dernières décennies.

Google et Facebook sont devenus des forces dominantes sur le marché de la publicité numérique, contrôlant plus de 70% des publicités en ligne.

Les cabinets d’avocats Geradin Partners et Humphries Kerstetter envisagent de porter les plaintes devant un tribunal aux Pays-Bas et devant le Tribunal d’appel de la concurrence au Royaume-Uni.

Les entreprises, qui demanderont le statut de recours collectif pour les réclamations, ont déclaré que les éditeurs pourraient devoir des milliards d’euros. L’affaire verra un représentant de la « classe » porter l’affaire au nom de milliers d’éditeurs en ligne.

La plainte s’articule autour d’allégations selon lesquelles l’échange d’annonces de Google – sa technologie d’enchères publicitaires en ligne – a été utilisé pour fausser la concurrence et profiter à son propre service de publication de publicités. Cela signifiait que Google obtenait injustement une plus grande proportion des revenus publicitaires sur Internet, selon les demandeurs.

Google a été contacté pour un commentaire.

Le géant californien de la technologie a été condamné à une amende de 220 millions d’euros par les autorités françaises de la concurrence en 2020 pour son comportement publicitaire. Dans une autre affaire britannique, l’Autorité de la concurrence et des marchés a annoncé une enquête pour déterminer si les activités publicitaires de Google avaient enfreint le droit de la concurrence.

La nouvelle plainte déposée par Geradin Partners et Humphries Kerstetter est soutenue par les bailleurs de fonds Harbour.

Les bailleurs de fonds des litiges ont injecté des millions de livres dans des actions en justice au Royaume-Uni contre des entreprises Big Tech dans une série de recours collectifs.

Vannin Capital, une société basée à Jersey, a constitué un trésor de guerre de 11 millions de livres sterling pour une réclamation de concurrence de 920 millions de livres sterling contre Google pour des frais excessifs sur ses smartphones, selon le dossier en cours.

Les demandeurs allèguent que les frais de 30 % facturés par Google sur les paiements effectués via sa boutique d’applications sont illégaux. Google nie les allégations. Vannin finance la demande par le biais d’un accord de prêt de 11,3 millions de livres sterling avec sa société mère, la société de capital-investissement Fortress, propriété de SoftBank.

Les bailleurs de fonds des litiges reçoivent une part du produit si l’affaire aboutit. La montée en puissance d’investisseurs disposés à soutenir des actions en justice à fort enjeu a entraîné une vague de nouveaux recours collectifs au Royaume-Uni.

Selon les données du cabinet d’avocats RPC, les sociétés britanniques de financement des litiges ont doublé leurs actifs au cours des trois dernières années et disposent désormais de 2,2 milliards de livres sterling en espèces pour couvrir les réclamations.


telegraph Uk

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page