Glucksmann a mis en garde contre une campagne de désinformation le visant à partir de comptes pro-chinois

 » data-script= »https://static.lefigaro.fr/widget-video/short-ttl/video/index.js » >

Raphaël Glucksmann, tête de liste du Parti socialiste-Place Publique, a été prévenu de cette campagne par l’organisation gouvernementale Viginum, chargée de traquer la désinformation en période électorale.

Raphaël Glucksmann, tête de liste PS-Place Publique aux élections européennes, a été alerté d’une campagne de désinformation le visant sur les réseaux sociaux, émanant de comptes liés à la Chine, a indiqué mardi son entourage à l’AFP. Glucksmann « fait l’objet de manœuvres informationnelles de la part d’acteurs pro-chinois et provenant de comptes pro-chinois, qui l’accusent d’être le cheval de Troie des Américains – notamment de la CIA en Europe », a confirmé une source sécuritaire à l’AFP. L’eurodéputé a été prévenu de cette campagne par l’organisme gouvernemental Viginum, chargé de traquer la désinformation en période électorale. « Nous ne nous laisserons pas intimider »assura Glucksmann en retour.

Glucksmann, qui bénéficie de sondages favorables moins de deux mois avant le scrutin, est dans le collimateur de Pékin pour son engagement en faveur de la minorité musulmane ouïghoure. Il a été sanctionné pour cela en 2021 par la Chine, qui lui a notamment interdit de voyager sur son sol. La rumeur liant Glucksmann à la CIA circule depuis de nombreuses années mais a refait surface avec plus d’intensité sur les réseaux sociaux ces dernières semaines, relayée aussi bien par l’extrême droite que par des représentants de la gauche radicale. Cela remonte à l’époque où Glucksmann était le conseiller du président géorgien Mikheïl Saakachvili, depuis la guerre éclair entre ce petit pays du Caucase et la Russie en 2008, jusqu’à la défaite électorale de 2012.

Glucksmann était également marié à l’ancienne vice-ministre de l’Intérieur de Saakachvili, Eka Zgouladze. Une relation qui lui vaut aussi sa part de « fake news relayées par le RN » même dans l’hémicycle du Parlement européen, déplore son entourage, tandis que Glucksmann préside la commission spéciale sur l’ingérence étrangère dans tous les processus démocratiques de l’Union européenne. Le Secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale (SGDSN), organisme rattaché à Matignon et dont dépend Viginum, avait récemment mis en garde contre les tentatives d’ingérence étrangère dans le scrutin du 9 juin. La campagne visant Glucksmann est jusqu’à présent la première à avoir été rendue publique.


 » data-script= »https://static.lefigaro.fr/widget-video/short-ttl/video/index.js » >

Quitter la version mobile