Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Bourse Entreprise

Gifi, Brico Dépôt, Veolia… 224 mauvais payeurs sanctionnés et « signalés » par la Répression des Fraudes


Les grandes entreprises se permettent de retarder de plus en plus leurs paiements, mettant ainsi en danger la viabilité de leurs fournisseurs. Le gouvernement a sanctionné les mauvais payeurs en publiant les noms des 224 marques coupables au premier semestre 2023.

McDonald’s, Veolia, L’Oréal, ces entreprises ont mis trop de temps à payer leurs fournisseurs ou sous-traitants. Cependant, il est interdit de ne pas payer les factures à temps, mais surtout ces retards mettent en difficulté les entreprises, notamment les plus petites, qui ont besoin de ces paiements pour fonctionner.

Pour éviter des difficultés ou des faillites, la Direction antifraude, dépendante du ministère des Finances, multiplie les contrôles. Au cours du premier semestre, 224 entreprises ont été identifiées et celles qui ont enregistré de mauvais résultats ont été sanctionnées d’amendes pour un montant total de 30 millions d’euros.

Jouer avec l’image des entreprises

Bercy, qui distribue les amendes, n’hésite plus à révéler les noms des fraudeurs. En fait, ce « nom et honte », le fait de publier le nom pour faire honte, est aussi une manière de faire pression sur les entreprises. On sait ainsi que Veolia, multinationale spécialisée dans les services de gestion de l’eau, est, selon Bercy, le groupe qui devra payer l’amende la plus élevée : plus de 1,5 million d’euros.

Il y a aussi Showroomprivé, société de vente en ligne, Brico Dépôt, chacun condamné à une amende de plus d’un million d’euros. Nexans, le spécialiste des câbles industriels, reçoit 850 000 euros. On retrouve également les chantiers navals Atlantic, avec une amende de 570 000 euros, ou McDonald’s avec 200 000 euros, pour ne citer que les entreprises les plus connues. On voit que ce sont des entreprises issues de secteurs très divers.

Une économie fragile avec une majorité de petites entreprises en France

Ces retards peuvent fragiliser notre économie, car si ces comportements se multiplient et se généralisent, ils risquent de mettre rapidement en danger nos entreprises, notamment les plus petites qui ne disposent pas de beaucoup de trésorerie. Or, en France nous avons une majorité de petites structures.

Selon une étude Coface qui vient de paraître, 82 % des entreprises françaises se sont plaintes, ces derniers mois, de retards de paiement de leurs clients. Ils se plaignent également du fait que ces retards deviennent plus fréquents mais aussi plus longs. Selon cette étude, le délai moyen de paiement atteint 42 jours pour les TPE. La moitié d’entre eux estiment que ces retards pourraient menacer leur existence même.




Gn fr bus

francaisenouvelles

The website manager responsible for technical and software work, the electronic newspaper, responsible for coordinating journalists, correspondents and administrative work at the company's headquarters.
Bouton retour en haut de la page