Skip to content

Son seul adversaire est le Mohawk Serge Simon, ancien grand chef de Kanesatake, qui obtient 9 voix.

M. Picard se réjouit de cette confiance renouvelée de la part des chefs.

Je considère que 74 % de soutien est très importantil dit.

Les priorités de M. Picard pour ce mandat incluent la gestion de la pandémie, la mise en valeur du leadership des femmes autochtones et la création d’alliances avec les différents groupes de la société québécoise.

Les enjeux territoriaux seront également au cœur des prochaines années, selon M. Picard.

C’est beaucoup sur ces dossiers que le Québec n’a pas vraiment livré, tant en termes d’actions que d’écoute.il croit.

Une dure défaite pour Serge Simon

Pour le candidat battu Serge Simon, les résultats sont éclair.

Je pensais avoir plus de soutien que ça, c’est un autre coup dur, avoue-t-il dans un entretien téléphonique. Mais c’est la démocratie et j’accepte les résultats.

M. Simon envisage de tourner le dos à la politique pour le moment.

C’est la fin de ce chapitre de ma vie, dit-il. Dix ans de gouvernance à travailler pour changer les choses, c’est comme nager à contre-courant. Il mange un homme.

30 ans à la tête de l’APNQL

Ghislain Picard, originaire de la communauté innue de Pessamit, sur la Côte-Nord, entame alors son onzième mandat à la tête de l’APNQL. Un rôle qui n’est pas de pouvoir ou d’autoritéselon lui, mais plutôt un rôle d’écoute et de ralliement.

Avant de devenir chef de l’APNQL, M. Picard a œuvré dans le domaine des communications et a notamment travaillé pour le Conseil Atikamekw Montagnais (CAM) et la Société de communication atikamekw et montagnaise (SOCAM).

Depuis 2003, il est Chevalier de l’Ordre du Québec. En 2005, il a également reçu l’insigne de Chevalier de la Légion d’honneur des mains du Consul général de France.

canada-lapresse

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.