Nouvelles

Gaël Monfils et la quarantaine symbolique


L’une des premières sur la table, la retraite annoncée à voix basse, sans être trop claire, de Serena Williams.

Monfils ne voulait pas y croire.

Oui, mais sur Vogue…il laissa pendre sa phrase en ajoutant un geste d’hésitation qui, d’ailleurs, n’était pas très clair non plus.

Le Français faisait référence à cette annonce du magazine américain plus tôt dans la journée concernant la retraite imminente de la femme aux 23 titres majeurs. Monfils a préféré vivre dans le déni.

J’y crois toujours. Pour moi, c’est la reine. Je ne veux pas qu’elle s’arrête. Nous, les fans, sommes très égoïstes. Serena, Roger [Federer], je veux qu’ils jouent encore dix ans. J’ai l’impression qu’ils peuvent jouer pendant dix ans. On a besoin de ces gens car ce sont eux qui nous font rêvera chuté le 20e dans le monde.

Williams soufflera 41 bougies en septembre, Federer l’a fait lundi. Enfin, on imagine qu’il devait y avoir quelque part un gâteau qui lui était destiné.

La quarantaine, en plus, ça titille Monfils. Il n’a que 35 ans, mais se projette déjà et n’y voit aucune crise existentielle.

Le Français reprend le collier après trois mois d’arrêt dû à un éperon calcanéen, une excroissance osseuse au talon droit qui ne pars pas comme ça. Une blessure qui, pour bien la décrire s’enflamme, revient, est très ennuyeux à gérera-t-il précisé.

Pour son retour, il s’est efforcé de vaincre Pedro Martinez – au parc Jarry, ça ne s’invente pas – en trois manches et 2 h 45 min de dur labeur. Monfils semblait satisfait de sa décision de venir à Montréal, prise à la dernière minute d’ailleurs, malgré les nombreux sacrifices qu’il faut faire à son âge pour continuer à performer, dont ces nombreux déplacements.

Et maintenant, on parle beaucoup de sacrifices maintenant.

 » Je veux jouer, mais finalement quand on a des petits arrêts, je vois ma femme, elle est enceinte. Nous allons avoir un bébé dans quelques mois. Il est difficile de quitter la maison. C’est toujours difficile. Le plus dur est de refaire tous ces sacrifices. »

Une citation de Gaël Monfils

C’est aussi un cinglé, disons-le en toute bienveillance, parmi les 20 meilleurs au monde. À l’exception des phénomènes Djokovic et Rafael Nadal, Monfils est l’aîné du groupe puisque le top 10 est repris par les jeunes impétueux, avec les mêmes exceptions, tous âgés de 19 à 26 ans.

Quand on vieillit, comme chacun le sait, tout est difficileil a jugé.

Cela n’empêche pas le Français d’être toujours au top de sa forme. Un titre à Adélaïde en début de saison, un quart de finale en Australie perdu en cinq sets face à Matteo Berrettini, une fière victoire contre le numéro un mondial de l’époque Daniil Medvedev à Indian Wells. Bref, une campagne tout juste lancée avant que cet autre pépin physique ne gâche son Roland-Garros.

Il réussit, pour l’instant, à repousser le temps, à retarder l’instant et, en termes de conversations, aussi volubiles soient-elles, Monfils n’avait pas vraiment envie de sombrer dans la nostalgie du passé ou la projection de la retraite.

Ce qu’il veut vraiment, c’est atteindre le niveau de ses idoles précédemment citées : les Federer, les Nadal. Il en rajoute.

Gaël Monfils

Photo : La Presse Canadienne / Paul Chiasson

mon vrai aime ce serait être un sportif comme Kobe [Bryant] était, comme Zlatan [Ibrahimovic] l’est, joue la quarantaine comme Roger [Federer]. Le passage de la quarantaine est symboliqueil assure.

Quand tu joues comme eux, c’est bien, tu joues peu de tournois, mais quand tu joues, disons correctement comme moi, tu dois jouer beaucoup de tournois. J’espère toujours avoir cette motivation – c’est ce qui m’a fait venir ici – et jouer jusqu’à mes 40 anscontinua Monfils.

En bonne santé, il s’accroche toujours au meilleur et réalise de grandes choses, alors pourquoi penser à la retraite ? Pourquoi imaginer une soirée d’adieu comme celle de Jo-Wilfried Tsonga à la Porte d’Auteuil en début d’année ?

 » J’essaie de ne pas y penser, je veux jouer encore quatre ans au plus profond de moi. Si c’est un peu plus tôt, je pense que je l’annoncerai. Si j’ai l’impression de ne plus l’avoir, mais pour l’instant je l’ai. Je ne pense pas à ça, je pense à bien jouer, à m’amuser et à rendre les gens heureux. »

Une citation de Gaël Monfils

Si l’on se fie aux foules qui le suivent, il n’a rien à craindre sur ce point.

canada

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page