Skip to content
Florence + La Machine : Prière extatique


Florence + The Machine cherche ses pulsions vagabondes, quels que soient les chemins sinueux qu’elle emprunte.

Lorsque Florence + The Machine a débuté il y a un peu plus de dix ans, la scène britannique était dominée par la soul rétro typique d’Amy Winehouse et d’Adele. Florence Welch regardait également en arrière. Mais ses influences sont à la fois plus anciennes et plus modernes, mariant le gothique mélodramatique des Brontë à un exotisme néo-romantique à la Kate Bush, liés par une intensité secrète, qui font de Florence Welch une éternelle enfant exubérante, une guerrière féministe et une écoute sœur.

Dans le cinquième album de Florence + The Machine, elle est toujours à la recherche héroïque de sa muse errante, peu importe le chemin sinueux qui pourrait la mener. « J’ai besoin que mes couloirs vides fassent écho à une grande auto-mythologie », chante-t-elle sur le morceau d’ouverture, « King », ajoutant : « Parce que je ne suis pas une mère, je ne suis pas une épouse, je suis roi. »

Dance Fever est peut-être l’œuvre la plus extatique de Florence Welch à ce jour. Écoutez « Free », un tube synth-rock titanesque dans lequel elle décrit comment les épiphanies tordent son esprit et son corps comme des chocs incontrôlables. Ou « Choreomania », une catharsis spirituelle qui tire son titre de la « manie dansante » qui traversa l’Europe à la Renaissance. « Heaven Is Here » est un souffle balançant de l’hédonisme celtique et sur « Daffodil », elle chante des tourments qui transcendent les générations avec « l’optimisme impuissant du printemps ».

Les coproducteurs Jack Antonoff et Dave Bayley (Glass Animals) ont aidé Florence Welch à aiguiser ses instincts pop sans réduire ses ambitions d’ouverture. Elle déclare que l’album a été influencé par son désir de se libérer de la pandémie. Parmi les moments les plus lents et les plus rêveurs figurent « Back in Town », qui parle d’un voyage à New York après la fin du verrouillage, et « Girls Against God », dans lequel elle chante son désir latent menant à un tour de montagnes russes. méditations sur la mémoire, la perte, la rage, le désir et le conflit.

Florence Welch s’est toujours entraînée avec des gestes gracieux. « Ai-je appris à me retenir ? Elle se demande. Spoiler : pas tant que ça. Pour elle, les moments mythiques sont les seuls qui comptent ; écoutez « Cassandra » et la conclusion « Morning Elvis ». Mais ses excès lyriques peuvent cacher la nuance musicale qu’elle a accumulée sur des albums comme Comme c’est grand, comme c’est bleu, comme c’est beau (2015) et le délicieusement expérimental Haut comme l’espoir (2018).

Cet album culmine avec « My Love », qui rappelle la maison introspective de Everything But The Girl revisitée avec le clair de lune illuminant les landes. Florence Welch parle de la sensation de vide à la mi-2020. Mais elle tord cette mauvaise ambiance avec son cri du cœur avec sa signature disco-diva, demandant où mettre son amour (« Dis-moi où mettre mon amour »). Peu importe les épreuves que le monde lui soumet, aucun artiste ne s’en contenterait.

Jon Dolan

Traduit par l’éditeur

La fièvre de la danse est disponible

Voici la tracklist et :

  1. Roi
  2. Libre
  3. Choréomanie
  4. De retour en ville
  5. Filles contre Dieu
  6. Fille de rêve maléfique
  7. usine de prière
  8. Cassandre
  9. Le paradis est là
  10. Jonquille
  11. mon amour
  12. Limité
  13. La bombe
  14. Elvis du matin

Grb2

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.