Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
À la une

Fitch maintient la note de la France, Le Maire « totalement déterminé » à redresser les finances


Fitch a maintenu la note de la dette française à AA-. vacant / stock.adobe.com

L’agence de notation déplore le « niveau d’endettement important, constituant un point faible de sa notation ».

Après Moody’s la semaine dernière, l’agence de notation Fitch a maintenu vendredi la note de la France, six mois après l’avoir abaissée, tout en exprimant son inquiétude sur le niveau élevé du déficit public, a déclaré le ministre de l’Economie Bruno Le Maire «totalement déterminé à redresser les finances publiques« . Si la France peut se vanter d’avoir « une économie vaste, riche et diversifiée, des institutions fortes et efficaces et une stabilité macro-financière (…) ses finances publiques, et notamment son niveau d’endettement élevé, constituent un point faible de sa notation», a noté l’agence dans un communiqué publié vendredi.

Bruno Le Maire a pris «acte de la décision de Fitch» dans une déclaration à l’AFP, disant «totalement déterminé à redresser les finances publiques de la France« . Fitch, qui classe actuellement la France comme «AA-« , l’une des meilleures possibles – signe que le pays reste très crédible aux yeux des marchés – a cependant jugé que la trajectoire de désendettement était « limité« . « Le projet de budget pour 2024 et le programme pluriannuel n’envisagent qu’une réduction limitée du déficit budgétaire, de 4,9% en 2023 à 4,4% en 2024.», note l’agence de notation. Fitch ajoute qu’il s’attend à un déficit public de 4,6% en 2024, en raison d’un «estimation inférieure (à celle du gouvernement, ndlr) de la croissance » et « risque que les économies (…) ne soient pas réalisées« .

Pour redresser les comptes publics à partir de 2024, le gouvernement a exclu une hausse d’impôts et mise plutôt sur la croissance, avec une prévision de 1,4% jugée «haut» par le Haut Conseil des Finances Publiques. Elle table également sur la fin des mesures exceptionnelles de soutien aux ménages et aux entreprises. La dette a dépassé les 3 000 milliards d’euros au premier trimestre 2023 et la France prévoit d’emprunter un montant record de 285 milliards d’euros sur les marchés en 2024. La notation de Fitch est accompagnée d’une perspective « écurie», ce qui signifie que l’agence n’envisage pas de le modifier à court terme. Mais une dégradationsignificatif» Les perspectives de croissance, une baisse de compétitivité ou une augmentation du déficit pourraient avoir un impact négatif sur la note de la France, prévient-elle.

S&P le 1er décembre

Fitch est la deuxième agence à s’intéresser à la France cette année, après Moody’s vendredi dernier qui n’a pas actualisé sa note et avant Standard & Poor’s (S&P) le 1er décembre. Même si elle a eu peu de conséquences sur les marchés, la révision à la baisse de la note financière par Fitch en avril dernier a constitué un coup de semonce. L’agence avait notamment évoqué «déficits budgétaires importants et progrès modestes» concernant leur réduction, après trois années de dépenses publiques abondantes destinées à amortir le choc du Covid et l’inflation et les tensions sociales autour de la réforme des retraites.

Le gouvernement devra attendre encore une semaine avant de respirer : S&P avait maintenu sa note il y a six mois mais aussi les perspectives »négatif», une révision à la baisse de la note est ainsi possible vendredi prochain. Si les tensions sociales se sont apaisées, le gouvernement a été une fois de plus contraint d’assumer la responsabilité d’avoir la part du gâteau. »recettes» du budget, qui prévoit au moins 16 milliards d’euros d’économies. Dans une note récente, l’économiste Sylvain Bersinger relativise cependant l’importance des publications des agences de notation. « En théorie, leurs décisions devraient avoir un impact sur les taux d’emprunt des États. » mais « cela ne semble pas être le cas en fait», a-t-il souligné.

 » data-script= »https://static.lefigaro.fr/widget-video/short-ttl/video/index.js » >

hd1

Gérard Truchon

An experienced journalist in internal and global political affairs, she tackles political issues from all sides
Bouton retour en haut de la page