Skip to content
Fin du masque obligatoire : inquiétudes chez les personnes immunodéprimées


La fin du port obligatoire du masque inquiète au plus haut point les patients souffrant d’un déficit immunitaire pour lesquels il faudra à l’avenir redoubler de vigilance dans les lieux publics.

• Lisez aussi : La levée du port du masque célébrée à Québec

• Lisez aussi : Certains continueront à se protéger

• Lisez aussi : Que du bonheur partout en province

« Nous ne connaissons pas la réponse vaccinale de chaque patient. Cela peut différer d’une personne à l’autre. Nous ne savons pas qui est protégé et qui ne l’est pas. Pour ces personnes, voir le port du masque obligatoire retiré est un choc », déclare Geneviève Salomon, directrice générale de l’Association des patients immunodéficients du Québec (APIQ).

Si elle se réjouit de voir qu’on se rapproche encore d’une vie normale, elle espère que les Québécois feront preuve de bienveillance envers les plus vulnérables, notamment en portant un masque en cas de symptômes de la COVID-19 et en gardant leurs distances avec ceux qui le porteront.

« La personne qui porte un masque ne doit pas faire de mal aux autres. Ce n’est pas agréable de porter un masque. Si la personne porte un masque, elle doit en porter un. Pour garder quelques mètres, ça reste de mise avec les personnes qui porteront le masque », estime-t-elle.

Immunoclip

Certains s’identifieront avec un Immunoclip, un « i » rouge qui s’attache au masque pour avertir les gens de leur état de santé.

« C’est amusant, nous passons à autre chose, mais nous devons juste nous rappeler qu’il y a des personnes plus vulnérables qui doivent encore se protéger. Nous voulons que ces personnes puissent elles aussi profiter de cette nouvelle étape », conclut-elle.

Avez-vous des informations à partager avec nous sur cette histoire ?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs ?

Écrivez-nous à [email protected] ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.



journaldemontreal

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.