Skip to content
fin de séance enflammée autour de la réinsertion des soignants non vaccinés

Vives tensions à l’Assemblée nationale ce jeudi soir. Après un vote qualifié d' »historique » en faveur de l’inscription du droit à l’avortement dans la Constitution en fin d’après-midi, la journée réservée au groupe LFI a tourné au vinaigre dans l’hémicycle : les oppositions ont fustigé les « manœuvres » du camp présidentiel pour empêcher la tenue d’un vote sensible sur la réintégration des soignants non vaccinés.

« Vous allez vous taire ! », a notamment lancé, exaspéré, le député de la Guadeloupe Olivier Serva (groupe LIOT), à l’adresse des députés de la Renaissance qui l’interpellaient lors de son intervention, tandis que l’élu ultramarin dénonçait les techniques utilisées pour ralentir « Vous usez de petits subterfuges, comme vos idéaux, vous salissez la démocratie de vos bassesses, vous êtes minoritaires, acceptez-le », a-t-il asséné

Ce contenu est bloqué car vous n’avez pas accepté les cookies et autres traceurs.

En cliquant sur  » J’accepte « des cookies et autres traceurs seront déposés et vous pourrez visualiser le contenu (Plus d’information).

En cliquant sur « J’accepte tous les cookies »vous autorisez le dépôt de cookies et autres traceurs pour le stockage de vos données sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Vous avez la possibilité de retirer votre consentement à tout moment en consultant notre politique de protection des données.
Gérer mes choix



« Vous devriez avoir honte ! », a également lâché à l’adresse des macronistes Olivier Marleix, le chef de file du groupe LR, dont les députés sont favorables au texte de LFI, tout comme le groupe RN.

« Il se fait tard et les esprits s’emballent »

Avec des demandes de suspension de séances, des rappels de règlements et des dépôts d’amendements à la va-vite, le camp présidentiel a compromis la tenue d’un vote sur le texte en discussion, que l’opposition semblait pouvoir faire adopter, contre l’avis du gouvernement. . Il s’agit d’une proposition de loi de LFI demandant la réintégration des personnels non vaccinés contre le Covid-19 dans les établissements de santé et d’urgence, pour pallier le manque d’effectifs.

Ce contenu est bloqué car vous n’avez pas accepté les cookies et autres traceurs.

En cliquant sur  » J’accepte « des cookies et autres traceurs seront déposés et vous pourrez visualiser le contenu (Plus d’information).

En cliquant sur « J’accepte tous les cookies »vous autorisez le dépôt de cookies et autres traceurs pour le stockage de vos données sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Vous avez la possibilité de retirer votre consentement à tout moment en consultant notre politique de protection des données.
Gérer mes choix



Pendant les ajournements, des voix fortes entre députés se faisaient entendre dans les couloirs de l’Assemblée. « Les ultra-marins se sentent humiliés, méprisés par le gouvernement et les députés de la majorité présidentielle », a expliqué un membre du Nupes, indiquant avoir été témoin d’échanges « très tendus ». « Il se fait tard et les esprits s’échauffent », a déclaré la présidente de session Naïma Moutchou (Horizons). « Je demande d’éviter les provocations, qui entraînent des réactions, et à cette heure tardive, elles arrivent plus vite. »

New Grb1

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.