Skip to content
Fès célèbre mardi 4 janvier sa journée annuelle

La Journée annuelle de Fès, instituée depuis 2011, à l’initiative de nombreuses associations de la société civile actives dans les domaines de la préservation du patrimoine, de la protection de l’environnement et de la diffusion des valeurs citoyennes, reste l’occasion de mobiliser et d’interroger les mécanismes capables de développer une vision prospective. regarder la ville, accompagner son expansion urbaine et la remettre sur les rails du développement durable.

Riche de ses douze siècles d’existence et de son rayonnement planétaire, la capitale spirituelle du Royaume s’apprête à célébrer sa journée annuelle proclamée en janvier 2011 et qui coïncide avec la pose en l’an 808 de ses premières fondations. Reconnue dans le monde entier comme la ville gardienne de son patrimoine, ouverte sur le monde et attachée à son art de vivre, la ville de Fès a rendez-vous le 4 janvier de chaque année avec cette journée, devenue au fil des années une messe publique de débats, d’interrogations et initiatives. Classée au patrimoine mondial de l’UNESCO, la cité idrisside séduit par la profusion de ses monuments, dont ses 9 000 maisons historiques, ses 11 medersas, ses 43 écoles coraniques, ses 83 mausolées et ses 176 mosquées, son université Al Quaraouiyine, en plus à ses 1200 ateliers d’artisanat d’art et ses grandes tanneries traditionnelles. La ville, espace d’art, de culture et de spiritualité par excellence, est en effet un modèle vivant de la cité méditerranéenne et arabo-musulmane.

Avec ses splendides Borjs et ses remparts pittoresques, Fès tente désormais tant bien que mal de retrouver son lustre d’antan et de relever les défis pour assurer son développement local et favoriser son décollage économique. La Journée annuelle de Fès, instituée depuis 2011, à l’initiative de nombreuses associations de la société civile actives dans les domaines de la préservation du patrimoine, de la protection de l’environnement et de la diffusion des valeurs citoyennes, reste l’occasion de mobiliser et d’interroger les mécanismes capables de développer une vision prospective. regarder la ville, accompagner son expansion urbaine et la remettre sur les rails du développement durable. Et les initiatives et projets d’aménagement destinés à redonner à la ville son rayonnement culturel et son lustre d’antan ne manquent pas.

On peut citer, entre autres, le programme de restauration de 27 monuments et sites historiques de la médina de Fès, quelque 4 000 édifices menaçant ruine, ainsi que des tanneries, ponts et medersas construits par la dynastie mérinide entre les XIIIe et XIVe siècles. , lancée avec des investissements de plus de 615 millions de DH. Cette opération vise à insuffler une nouvelle dynamique socio-économique et culturelle dans un contexte chargé d’histoire et de patrimoine, selon l’Agence pour le développement et la réhabilitation de la ville de Fès (ADER-Fès). L’objectif est également d’assurer la pérennité des monuments, tout en faisant de ces sites des outils de création d’emplois et de richesses et dont les revenus seront réinjectés dans les opérations de conservation du patrimoine culturel de la médina. Une autre initiative concerne la revitalisation de la ville et la valorisation de son patrimoine, à travers l’ouverture des célèbres fondouks Chemmaïne-Sbitriyine, Barka et Staouniyine, situés au cœur de la médina de Fès, aux activités artisanales en voie de disparition et services culturels et touristiques. Ces merveilles architecturales, qui datent des XIIIe et XIVe siècles, ont pu retrouver une seconde vie, et avec elles tout un pan du patrimoine de la médina de Fès. Il convient également de souligner, dans ce cadre, le programme complémentaire de mise en valeur de l’ancienne médina de Fès qui mobilise un budget de 583 millions de DH.

Il vise à rendre la ville attractive pour la population, notamment la classe moyenne, mais aussi pour les visiteurs. Les projets inscrits au programme complémentaire concernent six grands axes, dont la réhabilitation de 11 monuments historiques et lieux emblématiques, la restauration de lieux de culte, d’activités artisanales et commerciales traditionnelles et de 37 autres sites, dont 30 fontaines, outre la réhabilitation de le site historique de Dar Al Makina. La commémoration de la journée annuelle de Fès reste ainsi l’occasion de débats et d’échanges sur l’état des lieux de la capitale spirituelle et sa vision future en vue de l’élaboration d’une stratégie de relance des plans d’aménagement et de la ville et de consolidation de sa compétitivité économique.



Grb2

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.