Skip to content
Fanatique, chasseur de gloire ou neutre ?  Décider de changer d’équipe A-League




Quand avez-vous officiellement su que vous étiez supporter de la A-League ? Je suppose que cela a pris du temps et ne s’est pas fait du jour au lendemain.

Pour la génération de la Ligue nationale de football, la période de transition après 2004 aurait été une pilule difficile à avaler étant donné que la plupart des grandes villes étaient regroupées en une seule équipe. Soudain, les équipes adverses de la NSL étaient sous le même parapluie.

Maintenant, 18 ans plus tard, nous sommes sur le point de nous lancer dans une autre saison de football professionnel alors que notre code mûrit avec l’âge. Le tour masculin débutera le 7 octobre avec Melbourne City et Western United.

C’est la phase deux de la A-League, longtemps après sa création, lorsque notre progéniture bien-aimée apprécie maintenant le sport. Pour certains adolescents, leur choix de club n’était pas une décision personnelle mais un maillot transmis de parent à enfant.

Ayant grandi à Sydney, comme par progression naturelle, je me suis retrouvé à contrecœur à camper pour les Sky Blues. Je n’étais pas un ardent défenseur de la compétition, plutôt un spectateur curieux qui a attrapé la fièvre de Dwight Yorke.

Étrangement, après que le Sydney FC ait battu les Mariners lors de la première grande finale, je me suis senti insatisfait. À l’époque, les membres de la famille élargie ont fait écho à mes pensées. Nous étions heureux de partager un repas, surplombant la plage d’Avoca, située à une heure et demie au nord du pont du port.

Dans le passé, ces mêmes conversations portaient sur Marconi Fairfield, South Melbourne ou Adelaide City. Plus maintenant. Je me méfiais encore de m’engager pleinement dans le nouveau tournoi de Frank Lowy.

Quelques années plus tard, je me dirigeais à nouveau vers la côte centrale, mais cette fois en tant qu’assistant promotionnel. Travaillant au stade Blutongue, mon travail consistait à aider à faire courir une balle de zorb gonflable sur le terrain à la mi-temps.

(Photo de Tony Feder/Getty Images)

Alors que le reste de l’équipe de gestion de l’événement a finalement disparu, je suis resté et j’ai regardé le match des Mariners, me sentant parfois comme un intrus sur le territoire de Gosford. L’image de palmiers magnifiques, se balançant par une douce soirée, s’est fatalement imprimée dans ma tête.

Vous savez, même lorsque j’achetais des maillots du Sydney FC en ligne, je pensais toujours à Brisbane Waters. Je voulais faire partie du football, quelque chose de grand, mais mes pensées se sont également attardées sur la NSL fossilisée. Peut-être, d’autres m’ont dit, que je ne suivais pas le bon club de la A-League.

Cela a changé en 2016 lorsque Green Gully a battu Central Coast lors de la 32e manche de la Coupe FFA. Appelez ça de la curiosité morbide, mais c’était un point bas dans l’histoire des Mariners, et bizarrement j’étais accro.

Après avoir découvert leurs maillots de la Coupe FFA ternis et portés par le match en vente sur eBay, j’ai conclu un pacte personnel pour soutenir l’outsider. La connexion a été établie.

Comme je l’ai expliqué à ma femme plusieurs années plus tard, c’est la lutte pour l’ascendant d’une alliance régionale qui a vraiment suscité mon intérêt pour la compétition nationale.

Le Sydney FC, pensai-je, a eu la vie facile. Leurs victoires étaient impressionnantes mais surtout dépourvues de drame. Il s’agissait d’un club soigneusement emballé dans des cadeaux originaire d’Emerald City, la métropole la plus riche d’Australie. Trop poli. Aucune cicatrice de combat.

L’auteur japonais Haruki Murakami est un passionné de baseball. Il écrit sporadiquement des poèmes sur les hirondelles Yakult. Il y fait allusion au dévouement d’un fan de sport renforcé par la tourmente. Les troubles, semble-t-il, conduisent finalement à un sommeil profond et à une meilleure compréhension de soi-même. Le plaisir est dans le combat.

C’est l’une des raisons pour lesquelles je me trouve à la croisée des chemins. Alors que les Mariners ressemblent à nouveau à une équipe championne, mon attention s’adoucit, les yeux se tournant vers Western United ou Macarthur à la place. Lors de conversations avec d’autres, je défends régulièrement nos nouvelles franchises, arguant de la pérennité de la A-League, qui est en corrélation avec la croissance de nos deux clubs naissants.

Comme mentionné précédemment, j’ai une fois inversé les équipes, et le processus a pris plus d’une décennie. Je suis heureux que Central Coast puisse à nouveau défier ouvertement l’argenterie. Pourtant, quand je regarde vers le sud, je vois deux autres établissements qui ont besoin de renforts. Ce qui m’amène à ma dernière question : un adepte de la A-League peut-il adopter une deuxième équipe favorite ?



Sports Grp2

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.