Skip to content
Face aux caprices de la neige, la science au secours des stations de ski françaises


Les domaines skiables aiment se mettre en lumière chaque année »magie de la neige« lorsque les premiers flocons de neige tombent. Mais les enjeux économiques et les aléas du réchauffement climatique les obligent en réalité à gérer de plus en plus étroitement leur eau »or blanc« .

Découvrez quelle station a été sacrée meilleure destination de ski au monde en 2022

De nouveaux outils scientifiques sont apparus ces dernières années pour les aider à planifier »de manière personnalisée« , à court terme (quand et combien faire de neige artificielle, prévisions de précipitations pour un secteur donné, etc.) comme à long terme (pour juger de la pertinence ou non des investissements futurs face au réchauffement climatique) .

Sans équivalent dans le reste du monde, ils ont été co-conçus dans la banlieue de Grenoble (sud-est) dans les labos de Météo-France, l’Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement. (Inrae) et le bureau d’études Dianeige, réunis dans un partenariat public-privé « ingénierie touristique ».

ClimSnow, tourné vers 2100

Créé en 2020 après dix ans de recherche, l’outil ClimSnow s’adresse aux élus et gestionnaires de station, confrontés à des choix stratégiques délicats sur le long terme. Il est mentionné dans le plan de soutien Avenir Montagnes dévoilé en mai 2021 par le gouvernement français.

Basée sur des projections climatiques et prenant en compte les spécificités et équipements locaux (dont la neige de culture), elle permet de projeter l’état futur du manteau neigeux et les impacts concrets du réchauffement climatique sur les territoires.sur 20, 30, 40 ans ou même jusqu’à la fin du siècle« , explique Carlo Carmagnola, docteur en sciences de la neige et chef de projet.

Entre clémence et réchauffement climatique, les stations de ski des Vosges cherchent à se réinventer

Peu intéressées au départ, les stations ont afflué : « 140 stations ont été étudiées en deux ans, dont 2/3 des stations françaises. Il n’y a presque pas de semaine où l’on ne signe pas un contrat ClimSnow« , selon M. Carmagnola. Le projet a d’abord été mené avec des stations pilotes en Isère, puis a concerné des domaines tels que Métabief (Jura, est), des stations des Alpes du Sud et des Pyrénées (sud-ouest) la Compagnie des Alpes, propriétaire de plusieurs de grandes stations françaises (La Plagne, Les Arcs, Val d’Isère, Méribel, etc.) a choisi de développer une version simplifiée et moins complète de ClimSnow, baptisée Impact.

Prosnow, anticiper la production de neige

Prosnow, comme sa version simplifiée Tipsnow, est un logiciel interactif destiné aux personnels techniques des stations. Mis à jour chaque matin avec les prévisions à 4 jours de Météo France, il fournit des prévisions par secteur sur toutes les variables d’intérêt (épaisseur de neige, températures, vent et précipitations) permettant de travailler la neige pour la préparation des pistes. Celle-ci se déroule généralement en deux phases : la réalisation d’une sous-couche, puis la « confort« .

Les simulations – réalisées sur les supercalculateurs de Météo France à Toulouse (sud-ouest), Bélénos et Taranis – permettent notamment de calculer les volumes de neige de culture nécessaires et de planifier la consommation d’eau et la date optimale de production, sachant que la neige ne peut être fait qu’à des températures glaciales. Le logiciel, issu d’un projet de recherche financé par la Commission européenne, est exploité par différents consortiums dans 5 pays européens.

TipSnow, en finir avec les « doigts mouillés »

Lancé l’an dernier à la demande de la station des Arcs, qui l’a financé à hauteur de 30 000 euros, TipSnow permet de calculer la hauteur de neige »idéal » pour maintenir une piste ouverte jusqu’à une date donnée. Les objectifs d’enneigement varient tout au long du calendrier : « Il y a des dates clés pour les stations : pour les vacances, les pistes doivent être propres. Dès qu’ils sont terminés, nous planifions sur les vacances suivantes, puis sur la fin de saison», explique M. Carmagnola.

Sobriété énergétique : comment les stations de ski françaises envisagent l’hiver ?

La démarche, qui utilise également les données GPS collectées sur le terrain par les dameuses de dernière génération, se veut «très concret et pragmatique » : selon les circonstances, nous pouvons décider de « sécuriser« une partie de la voie ou au contraire la fermer plus tôt que prévu si l’entretien est trop coûteux. Et avant ? »Avant, on le faisait avec un doigt mouillé», s’amuse le scientifique.

A lire aussi :

Changement climatique : un avenir sans neige pour les pistes de ski ?

Face aux caprices de la neige, la science au secours des stations de ski françaises

Quelle est la meilleure station de ski au monde ?

Face aux caprices de la neige, la science au secours des stations de ski françaises

La Suisse compte sur le train pour ramener les skieurs pendant l’hiver

GrP1

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.