Nouvelles locales

Excursion historique sur le plateau des Glières

La route aux remblais bordés de hautes fleurs est belle tout du long. Chaque tour en annonce un nouveau et on se demande si on s’arrêtera un jour. Arrivé sur le plateau, garez la voiture et oubliez ça. Vous êtes à 1 450 mètres d’altitude, l’air est frais et léger. Vous êtes au coeur de la Haute-Savoie, et ce n’est pas qu’une image.

Le plateau des Glières est un plateau calcaire du massif des Bornes qui est constitué de plusieurs ensembles. Département : Haute-Savoie. Région : Auvergne-Rhône-Alpes. Il s’étend sur les communes des Glières-Val-de-Borne et de Fillière. Dans le patois local (appelé aussi franco-provençal), le terme singulier de glière ou glaire désigne un sol rocailleux et sablonneux, bord de rivière souvent inondé, où l’herbe est par nature abondante et toujours verte, faisant le bonheur des troupeaux. . de grosses vaches blanches et brunes y paissent paisiblement. Un paysage reposant, fait d’un savant mélange de verdure et de rochers. Une invitation à la promenade, diverse et variée, sans jamais fatiguer l’œil du voyageur.

A 45 minutes d’Annecy et de Chamonix, 29 kilomètres de La Roche-sur-Foron et 15 de Thorens-Glières, le plateau des Glières ne propose pas moins de huit itinéraires de randonnée pour tous les niveaux, accessibles en toutes saisons. , où l’on peut apprécier les vastes prairies naturelles des alpages qui succèdent aux belles forêts sombres, et se sentir seul au monde, enfin, sous la voûte céleste. Les sentiers sont balisés et bien entretenus, tout en gardant leur caractère sauvage. Alors, laissez-vous guider dans ce paysage idyllique par la musique des cloches des vaches et le concert des oiseaux. N’oubliez pas un sac à dos assez grand pour y glisser, en plus du thermos d’eau fraîche ou de café chaud, un (ou deux, voire trois) fromages vendus directement des fermes que vous croiserez. Vous êtes au pays du reblochon et de la tomme, n’oubliez pas de mettre à l’honneur le savoir-faire local ancestral !

Loisirs sportifs et contemplatifs

Au fur et à mesure que vous prendrez de la hauteur, la vue sur la chaîne des Aravis ou le Mont-Blanc vous émerveillera, l’occasion de respirer profondément ! Hiver comme été, c’est une terre de loisirs et d’activités de plein air intenses : 29 kilomètres de pistes de ski nordique pour tous niveaux, raquettes (ou en baskets, mais pas en tongs, n’en faisons pas trop) sur 17 kilomètres d’itinéraire , ou encore de simples balades en famille ou en solitaire, à chaque saison, ce lieu chargé d’histoire offre un regard différent. Un véritable espace de loisirs sportifs et contemplatifs ! Cerise sur le gâteau, le choix de la restauration authentique est là avec de très bonnes marques comme Chez Constance, où les beignets de pommes de terre vous laisseront des souvenirs inoubliables. Au diable les remords, vous perdrez des kilos en marchant et en grimpant toujours plus haut.

Une bataille emblématique

Mais, avant de s’attabler pour manger et randonner comme bon vous semble, un détour par le musée de la Résistance et le mémorial s’impose afin de marcher sur les traces des résistants qui seuls ont libéré le département au printemps 1944.

Le plateau des Glières fut en effet un haut lieu de la Résistance française pendant la Seconde Guerre mondiale, choisi comme terrain de parachutage par les Britanniques. C’est ici que, entre janvier et mars 1944, 465 maquisards se rassemblèrent, sous le commandement successif du Lieutenant Tom Morel, puis du Capitaine Maurice Anjot, pour recevoir des armes destinées aux maquis de Haute-Savoie et préparer le débarquement des Alliés. . C’est ici que les maquisards ont livré l’une des batailles les plus emblématiques de la Résistance à l’occupation allemande. Entouré, activement bombardé par la Luftwaffe et poursuivi sans relâche par 700 miliciens et plus de 3 000 chasseurs de la division alpine de la Wehrmacht, le maquis tombe finalement, le 26 mars, les armes à la main ou en se dispersant, au prix de nombreuses pertes : 129 maquisards et 20 habitants y perdirent la vie, tués au combat, fusillés ou déportés peu après. La plupart d’entre eux reposent à la Nécropole nationale des Glières, à Morette. Leur épopée tragique eut à l’époque des répercussions considérables, bien au-delà de la région. Mais ici, en Haute-Savoie, sur ce plateau battu par le vent ou brûlé par le soleil, personne ne les a jamais oubliés.

New Grb1

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page