Nouvelles locales

Examen des progrès de la CITES pendant le PFUE


La 74e réunion du Comité permanent, une étape clé dans la préparation de la CoP19

Poursuivant son action internationale en faveur de la biodiversité, la France a accueilli la 74e session du Comité permanent de la CITES à Lyon du 7 au 11 mars.

Les Parties à la CITES ont ainsi pu se rencontrer pour la première fois en face à face après deux ans de travail à distance. Près de 400 participants représentant 77 États parties, 13 organisations internationales intergouvernementales et 70 organisations non gouvernementales ont préparé la CoP19, qui se tiendra au Panama du 14 au 25 novembre.

Cette CoP19 réunira des centaines de délégués du monde entier pour négocier les nouvelles orientations politiques de la CITES et voter sur les espèces qui seront inscrites ou retirées des Annexes I et II, déterminant le niveau de protection auquel elles sont soumises.

Le PFUE : un cadre d’accompagnement pour préparer les positions de l’Union européenne

Les États membres de l’Union européenne parlent d’une seule voix lors des Conférences des Parties à la CITES. En coopération avec la Commission européenne, la présidence française a permis de coordonner les positions des États membres et de co-construire des propositions.

Lors du PFUE, 13 propositions d’amendements aux annexes ont ainsi été soumises au Secrétariat CITES, accompagnées de 5 dossiers techniques. Parmi ces 13 propositions, deux sont d’initiative française et ont fait l’objet d’importants travaux de recherche par le Muséum national d’histoire naturelle (MNHN), qui assume le rôle d’autorité scientifique CITES pour la France :

  • l’inscription à l’Annexe II des requins marteaux (famille Sphyrnidés);
  • l’inscription à l’Annexe II de trois espèces d’holothuries (Ananas Thelenota, Thelenota anax et Thelenota rubralineata).

La France a également soutenu la proposition du Panama d’inscrire les requins requiem à l’Annexe II, dont certaines espèces sont menacées par la pêche pour l’exploitation de leur chair et de leurs nageoires.

Au total, 52 propositions d’amendements aux annexes CITES, représentant plusieurs centaines d’espèces animales et végétales, seront examinées à la CoP19. La France participera activement aux négociations, pour mieux réguler le commerce international des espèces sauvages menacées et ainsi garantir leur conservation à l’état sauvage.

En amont, la France apportera son assistance à la République tchèque, qui assure désormais la présidence du Conseil de l’Union européenne, afin de finaliser les positions que l’Union européenne prendra lors de la CoP19.

New Grb3

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page