Skip to content
Et si les héros de bandes dessinées se présentaient à la présidentielle ?  Le reporter et candidat Tintin


Pour faire la lumière sur ce candidat plutôt réservé, j’ai demandé à Jacques Langlois, vice-président et administrateur de l’association des Amis d’Hergé, de répondre à mes questions. Il fait partie de ces exégètes tintinophiles dont la production littéraire sur le sujet est remarquable, notamment son dernier ouvrage, Petit éloge de Tintin aux éditions Les Peregrines.

Avec quel programme Tintin pourrait-il apparaître devant les Français ?

Jacques Langlois : Tintin est franchement un Européen. Il ferait campagne pour une Europe plus forte. Il est tellement européen qu’on ne sait plus vraiment quelle nationalité il a. A ses débuts, il est Belge comme Hergé son créateur. Puis, lorsqu’il est publié dans Un cœur brave en 1930 en France, il deviendra français. Dans l’édition portugaise de ses aventures, il devient portugais et ainsi de suite. Ses multiples nationalités font de lui l’un des tout premiers vrais Européens.

Une Europe plus forte, cela ne suffira-t-il peut-être pas à le faire élire ?

Il a d’autres valeurs. Tintin est un humaniste. C’est un modéré. Il est contre les extrêmes. Il est honnête. Il ne rit pas beaucoup, il est sérieux. Il a un bon côté étudiant. Son programme serait basé sur ces valeurs.

Justement, Tintin ne manque-t-il pas un peu de fantaisie ? Arriverait-il à soulever la foule dans un grand meeting ?

Tintin, c’est toujours le robinet d’eau chaude. Il est très gentil, très propre mais cela ne fait certainement pas de lui un grand tribun. Il ne serait pas doué pour cet exercice. Les grands rendez-vous conviendraient davantage au capitaine Haddock, qui a un côté un peu Mélenchon.

Le capitaine Haddock pour haranguer les foules et qui d’autre dans son équipe de campagne ?

Sa force est son environnement. Prenez le professeur Tournesol. Quel top quand même ! Il a envoyé des hommes et un chien sur la lune, ce n’est pas rien. Très intelligent, il ferait un bon Premier ministre. Il est un peu sourd mais il n’est pas le seul Premier ministre à ne pas entendre ce qu’on lui dit. Au ministère de l’Intérieur, il y aurait les Dupont et les Dupond. Ce sont des crétins mais ça peut être utile parfois dans cette position. Et puis à Culture, Bianca Castafiore, elle ressemble à Roselyne Bachelot.

Et si les héros de bandes dessinées se présentaient à la présidentielle ?  Le reporter et candidat Tintin

Tintin a aussi quelques casseroles. Sa vision de l’Afrique, par exemple, est teintée de colonialisme ?

Tintin pense comme son temps. La mission civilisatrice de la colonisation a servi dans Tintin au Congo qui a été publié en 1931 n’est plus acceptable aujourd’hui, mais Tintin a évolué avec son temps. Ce n’est pas un révolutionnaire. Tout comme Hergé, il se conforme à l’opinion dominante du moment. Cela peut être utile lors d’une élection.

A-t-il des croyances ?

Depuis Tintin au pays des Soviets, nous savons qu’il n’est pas communiste. Mais il n’est pas non plus un adepte du capitalisme pur et dur. Dans Tintin en Amérique, il le condamne clairement en s’opposant aux pouvoirs de l’argent. Tintin, enfin surtout Hergé, est issu d’un milieu traditionaliste et catholique. Il se méfie beaucoup de cette Amérique capitaliste qu’il n’aime pas au fond. Ce qui le positionne encore plus comme un Européen convaincu.

Ni capitaliste ni collectiviste, Tintin proposerait-il une troisième voie comme l’avait fait autrefois Charles de Gaulle ?

Tintin et de Gaulle ont des convergences. Malraux mit cette formule dans la bouche du général : « En gros, vous savez, mon seul rival international, c’est Tintin ! ». Il y avait des doutes sur la véracité de ces déclarations. J’ai eu la confirmation bien plus tard grâce à son fils, l’amiral Philippe de Gaulle. Cette référence à Tintin, le général l’a aussi faite avec sa famille à Colombey. Et de Gaulle ajouta même : « Je suis comme Tintin, un petit qui ne veut pas se faire avoir par les grands ». Alors oui, on peut le dire, Tintin est gaulliste.



Grb2

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.