Skip to content
Emmanuel Macron n’a pas posé d’ultimatum à l’opposition, assure Olivia Grégoire


La porte-parole du gouvernement Olivia Grégoire a assuré jeudi qu’Emmanuel Macron n’avait « pas fixé d’ultimatum de 48 heures » à l’opposition dans son allocution télévisée, tout en excluant une coalition entre la majorité présidentielle et le RN ou LFI. « Je vais être très claire ce matin : il n’y a pas d’ultimatum ni de question à 48 heures », a déclaré la porte-parole du gouvernement à FranceInfo, démentant que le chef de l’Etat ait fait pression sur l’opposition. leur demandant de « clarifier » leur positionnement d’ici vendredi soir.

« L’ultimatum, c’est la fin. Là, ça ouvre le début des négociations, le début du consensus et du compromis. On parle de plusieurs jours, peut-être même de plusieurs semaines et certainement pas de 48 heures », a-t-elle insisté. Le chef de l’Etat « a entamé un dialogue, qui commence à son retour » vendredi du sommet européen de Bruxelles, a ajouté Mme Grégoire, précisant qu’il « revoira éventuellement les présidents des forces politiques et il discutera avec eux tout en être à l’écoute ».

La majorité ne cherchera pas les voix qui lui manquent, assure Grégoire

« Le président de la République tend la main à tous ceux qui veulent faire avancer le pays », a-t-elle expliqué, tout en refusant que la majorité recherche les voix qui lui manquent au sein du Rassemblement national et de La France insoumise. « Il n’y a pas à une seule seconde, à un seul instant, l’idée de chercher des votes, des accords avec le RN », a-t-elle expliqué, corrigeant les propos cette semaine de la députée LREM Céline Calvez qui s’exprimait en ces termes lundi sur France 5.

« Vous imaginez que errare humanum est et que Céline Calvez ait pu avoir des propos qui ont été mal compris (…) », a-t-elle souligné, assurant que la majorité aurait la même position à l’égard de LFI. La porte-parole a également exclu une coalition avec le RN ou LFI : « Ce n’est pas non plus au programme », a-t-elle précisé. Dans son allocution, Emmanuel Macron a pris acte mercredi des « fractures » montrées par le résultat des législatives et assuré vouloir « construire des compromis » avec ses adversaires, les exhortant à « clarifier » leur position d’ici vendredi soir.

europe1 Fr

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.