Nouvelles du Canada

Émissions : Ottawa pourrait accorder plus de temps à l’industrie pétrolière


Interviewé dans l’émission La maison de la radio de Radio-CanadaM. Guilbeault dit qu’il reconnaît que certaines des mesures qui seront nécessaires pour parvenir à ces réductions importantes des émissions pourraient prendre plus de temps que nous n’en avons d’ici 2030.

Le plan climatique établi par Ottawa vise à atteindre zéro émission nette d’ici 2050. Il vise également à réduire les émissions de tous les secteurs de 40 à 45 % par rapport aux niveaux de 2005 d’ici 2030, un taux qui inquiète l’industrie.

 » Il est possible que si l’industrie a besoin d’un peu plus de temps, nous puissions offrir une certaine flexibilité tout en veillant à ce que le Canada atteigne ses objectifs de 2030. »

Une citation de Steven Guilbeault, ministre fédéral de l’Environnement et du Changement climatique

Steven Guilbeault, ministre fédéral de l’Environnement et du Changement climatique

Photo : La Presse canadienne/Adrian Wyld

Le ministre Guilbeault n’a pas expliqué comment le Canada pourrait encore atteindre son objectif à temps si l’industrie – qui représentait 26 % des émissions nationales en 2019 – prenait du retard.

Le plan d’Ottawa est de réduire les émissions totales du secteur (environ 191 mégatonnes en 2019) à 110 mégatonnes d’ici la fin de la décennie.

L’industrie exige plus que du temps

Mark Cameron, vice-président des relations extérieures d’Alliance Pathways, un groupe qui regroupe six entreprises représentant 95 % de la production canadienne de sables bitumineux, s’est dit satisfait de la réaction du ministre Guilbeault.

Nous sommes simplement heureux que le gouvernement reconnaisse que ce n’est pas quelque chose que nous pourrons réaliser.il a expliqué à Radio-Canada.

 » Aller au-delà prendra plus de temps ou de nouvelles technologies, ou des fonds supplémentaires, ou une combinaison des trois. »

Une citation de Mark Cameron, vice-président des relations extérieures, Alliance Pathways

Le gouvernement fédéral a publié cette semaine un document de travail décrivant deux options pour tenir sa promesse électorale de plafonner les émissions provenant de la production de pétrole et de gaz.

Il propose un système de plafonnement et d’échange ou un système modifié de tarification du carbone pour fixer ce plafond, traçant la ligne entre un plafond sur les émissions et un plafond sur la production.

Certains critiques industriels et politiques ont souligné que limiter l’un pourrait indirectement conduire à limiter l’autre.

D’après un texte d’Elise von Scheel, Radio-Canada

canada-lapresse

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page