Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles localesPolitique

éliminé dès le premier tour !


VIDE. L’ancien ministre de l’Éducation a été éliminé dès le premier tour des élections législatives, il est arrivé troisième dans la 4e circonscription du Loiret.

Cherchez un résultat législatif près de chez vous

[Mis à jour le 12 juin 2022 à 20h32] Candidat dans la 4e circonscription du Loiret, Jean-Michel Blanquer est éliminé au premier tour, il termine en troisième position. Une grosse déception pour le camp Macron et la coalition Ensemble, juste devant Nupes (26% contre 25,8%).

Après un parachutage fortement décrié dans le Loiret, l’ex-ministre a dû faire ses preuves lors de cette campagne parlementaire. Fin mai, le sondage Ifop-Fudicial pour le JDD et Sud Radio révélait qu’il recueillait 23 % d’intentions de vote au premier tour, juste devant le candidat communiste du Nupès Bruno Nottin (22 %), mais loin derrière le candidat du Rassemblement national, Thomas Ménagé (28%). « La greffe est difficile», a analysé auprès du JDD le directeur général de l’Ifop, Frédéric Dabi.Paye-t-il son parachutisme ou son bilan à l’Education nationale ?», s’interroge-t-il. Selon les journalistes politiques de BFMTV, le problème viendrait de la dégradation de son image durant la deuxième partie de son mandat de ministre. Peu d’engouement chez les 35-49 ans (seulement 12 % des sondés dans cette tranche d’âge). se sont dits prêts à voter pour lui), qui sont « les plus susceptibles d’avoir des enfants à l’école ».

Pourquoi Jean-Michel Blanquer est-il candidat dans le Loiret ?

Attendu dans les Yvelines, le parachutage de Jean-Michel Blanquer dans le Loiret, département dans lequel il n’a aucune attache, ni familiale ni politique, a fait couler beaucoup d’ancre. Cependant, il a voulu justifier sa candidature en insistant sur son admiration pour ce territoire. C’est notamment lors de son passage sur le plateau de BFMTV qu’il a vanté les « atouts extraordinaires » du département, citant notamment ses « qualités historiques et géographiques ». Surtout, il a parlé de cette région comme d’un « exemple des problèmes de la France d’aujourd’hui » au regard de « l’enclavement en milieu rural », avec le manque de formation dans l’enseignement supérieur et le manque de perspectives d’emploi, notamment dans les métiers de santé, le Loiret étant, selon lui, connu pour ses « déserts médicaux ». Le sens de sa candidature serait ainsi de répondre à cette crise multidimensionnelle dans le Loiret, en s’attaquant en premier lieu à des « sujets de développement économique ». Il a ainsi conclu son entretien avec Appoline de Malherbe en se disant prêt à « retrousser ses manches pour les problèmes qui ne sont pas encore résolus ».

Détachée de toute fonction ministérielle, cette candidature est pour Jean-Michel Blanquer l’opportunité de débuter une carrière politique en tant qu’élu local. Pourtant, dans la 4e circonscription où il brigue le poste de député, il affrontera un concurrent du même bord politique que lui : Christophe Bouquet, patron d’Horizons dans le Centre-Val de Loire. Ce proche d’Edouard Philippe, très implanté dans la région et à la campagne depuis quelques mois déjà, pourrait freiner les ambitions de Jean-Michel Blanquer.

Les électeurs du Loiret se prononcent aujourd’hui sur les deux personnalités qu’ils enverront au second tour des élections législatives qui se tiendra le 19 juin. Le 3 mai 2022, France Inter a révélé que Jean-Michel Blanquer visait un poste de député dans la 4e circonscription du Loiret. Avec le départ de Jean-Pierre Door, élu LR de cette circonscription depuis 2002, la voie est libre pour le centre-droit… Sauf que cette arête politique est déjà représentée par la candidature de Christophe Bouquet. En campagne depuis quelques mois, ce conseiller départemental du Loiret et adjoint au maire de la commune d’Amilly (située dans cette circonscription) revendique son ancrage local et sa proximité avec les élus, une avance que Jean-Michel Blanquer n’a certainement pas. , lui que l’on croyait prompt à se présenter en région parisienne. « Quel est le lien de Jean-Michel Blanquer avec la circonscription ? Les habitants sont surpris par cette candidature », a déclaré Christophe Bouquet au journal Le monde, avant d’ajouter : « On a appris les intentions de Jean-Michel Blanquer dans la presse, donc il y aura des discussions ». Christophe Bouquet, identifié par l’ensemble des élus locaux comme le « candidat de la majorité présidentielle », juge sa candidature « légitime » et n’entend pas reculer au profit du ministre (propos rapportés par Le Monde). Proche de l’ancien Premier ministre Edouard Philippe, il représente un obstacle de taille à l’élection de Jean-Michel Blanquer.

A première vue, il semble surprenant que Jean-Michel Blanquer se tourne vers le Loiret. Enfin, pas tellement quand on revient aux ambitions de l’ancien ministre. Visant depuis quelques mois la 3e circonscription des Yvelines massivement gagnée dans le camp LREM, avec un département qui a voté majoritairement pour Emmanuel Macron au premier (33,41 %) comme au second (71,05 %) tour de l’élection présidentielle, il était presque assuré de gagner en se présentant aux élections législatives de juin 2022. De plus, Béatrice Piron, la députée sortante d’En Marche ! qui avait obtenu 58,93% au second tour des législatives de 2017, ne s’y représente pas. Seulement, c’était sans compter sur le revirement opéré par le président de l’Assemblée nationale, Richard Ferrand. Il a décidé de pousser une autre ministre, Nadia Hai, dans cette circonscription. Ce ministre délégué auprès du ministre de la Cohésion des territoires et des Relations avec les collectivités locales est déjà député de la 11e circonscription des Yvelines depuis 2017 et a donc plus de connexions et d’expérience dans le département. Pour ne pas concurrencer une personnalité politique de son camp, Jean-Michel Blanquer a donc décidé de se déporter dans le Loiret.

Il s’est dit « prêt à continuer » aux côtés du président réélu (propos tenus sur Radio J le 21 avril), affirmant avoir encore « beaucoup d’idées pour que les choses changent »… Mais le nouveau Premier ministre et le réélu le président élu en a décidé autrement. Parmi les 41 ministres et secrétaires de l’équipe LREM, une bonne dizaine ont conservé leur place au gouvernement, avec parfois des portefeuilles différents. Mais Jean-Michel Blanquer n’a pas fait partie des chanceux, son récent protocole sanitaire dans les écoles ayant fortement impacté sa notoriété auprès des Français, après un quinquennat particulièrement mouvementé sur le plan pédagogique. Avec cinq ans passés dans le gouvernement d’Emmanuel Macron, il était pourtant devenu le ministre le plus ancien à ce poste. Mais tensions et polémiques se sont accumulées sous son mandat, notamment avec la réforme très critiquée du baccalauréat. Sa popularité a ainsi été entachée, le faisant ne plus apparaître comme un atout pour le camp d’Emmanuel Macron. S’il n’était pas question de lui demander de se retirer de la vie politique, ce départ de la rue Grenelle marque un coup dur pour cet ancien recteur qui n’a jamais occupé de poste électif auparavant. L’obtention de cette place à l’Assemblée est donc un enjeu crucial pour l’avenir politique de Jean-Michel Blanquer.

GrP1

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page