Nouvelles du Canada

Edmonton suspend le projet de téléphérique Prairie Sky Gondola

Après un vote de 12 contre 1, le conseil municipal d’Edmonton a suspendu le projet de téléphérique Prairie Sky Gondola lors de sa réunion de lundi, craignant que cela ne compromette la réconciliation avec les peuples autochtones.

Les conseillers ont adopté une motion recevoir pour information l’accord foncier proposé par Télécabine du ciel des prés et, par conséquent, de ne pas approuver le projet de l’entreprise privée.

Certains résidents et membres des Premières Nations opposés au projet craignaient qu’une des stations de téléphérique n’empiète sur des tombes ancestrales près de l’ancienne centrale électrique de Rossdale.

Je ne peux pas soutenir ce projet en toute bonne conscience si j’ai le moindre doute qu’il puisse être construit sur un cimetière [autochtone] ancestrala déclaré le maire d’Edmonton, Amarjeet Sohi.

La conseillère Ashley Salvador a également exprimé son malaise à l’idée qu’un service de transport privé se fasse passer pour un transport en commun s’il reçoit l’approbation de la ville.

Il s’agit d’une entreprise de tourisme commercialse souvient-elle.

Bien que Télécabine du ciel des prés mentionne sur son site internet que le téléphérique coûterait beaucoup moins cher que [voyageur] urbain qu’un touriste a un samedi après-midil’édile a souligné que la Ville n’était pas à l’abri d’un changement de tarification par l’entreprise, au fil des années de l’entente foncière.

Les modèles économiques changent […] et ne sont pas toujours alignés sur l’intérêt publicelle a expliqué. Par exemple, s’il y a une acquisition [de l’entreprise] Qui a lieu.

Une motion proposée par le conseiller Aaron Paquette demande à l’administration municipale d’étudier l’approche de la capitale albertaine en matière de développement privé dans les lieux d’importance culturelle, spirituelle ou historique.

L’administration doit rendre compte de cette motion en février 2023.

Un accord censé rapporter de l’argent

Le contrat foncier proposé par la société Télécabine du ciel des prés à condition que l’entreprise paie à la Ville 1,125 million de dollars annuellement, répartis comme suit : 350 000 $ en loyer et 775 000 $ en droits de licence d’infrastructure.

La durée de cette convention foncière était d’au moins 30 ans, jusqu’à un maximum de 90 ans.

L’entreprise Télécabine du ciel des prés peut présenter une nouvelle offre à la Ville si elle le souhaite.

canada-lapresse

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page