Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles locales

Éboueurs en grève à Auxerre : défendons nos services publics !


Depuis 49 jours, les éboueurs de la ville d’Auxerre sont en grève. Une grève historique, tant par sa durée que par l’ampleur de la mobilisation. Le 7 juillet, les éboueurs décident collectivement d’arrêter le travail pour dénoncer la politique menée à leur encontre par le maire d’Auxerre Crescent Marault. Depuis, la mobilisation n’a jamais faibli, même si la situation économique est particulièrement difficile pour ces travailleurs sans salaire depuis plus de deux mois (vous pouvez les soutenir ici : Pot : Soutien aux éboueurs de l’Auxerrois – Leetchi.com) . Il faut dire que la colère est immense pour ces « premiers de corvée » qui subissent une attaque frontale de la commune d’Auxerre, avec pour seul objectif de faire des économies sur leur dos, et de casser un peu plus nos services publics.

Élu en 2021, le maire d’Auxerre a engagé une politique de mutualisation des services de la ville et de la communauté urbaine qui devrait conduire à la suppression de 150 postes. Pour les éboueurs, cela s’est déjà traduit par la perte de 8 emplois, ce qui impacte sévèrement leurs conditions de travail et remet en cause leur sécurité. Désormais, faute d’effectifs suffisants, les tournées se font à deux au lieu de trois. Derrière ces chiffres, il y a des hommes et des femmes qui voient leur charge de travail doublée (marcher de 10 à 20 kilomètres par mûreur) et qui sont mis en danger dans l’exercice de leur travail (risque d’être percuté par un véhicule).

A la mise en danger des salariés, M. Crescent Marault ajoute une politique sociale inhumaine. Lors de notre déplacement au piquet de grève pour soutenir les grévistes, nous avons eu la surprise de découvrir que plusieurs d’entre eux étaient en CDD depuis de nombreuses années avec un « record » de 14 ans pour un frontalier ! Maintenir les salariés dans la précarité permanente est indigne d’un élu de la République.

Face à cette situation, les éboueurs demandent la titularisation de huit d’entre eux et l’ouverture de quatre nouveaux postes afin d’assurer dans de bonnes conditions la mission de service public de collecte des déchets qui est la leur et de mettre fin à la précarité de leurs collègues. Il est inacceptable que les travailleurs voient leur vie mise en danger et rendue précaire par des choix politiques d’austérité budgétaire.

Alors que nous sommes dans une période économique où l’inflation bat des records et où le pouvoir d’achat baisse, les éboueurs demandent à vivre dignement de leur travail. Pour certains, les fiches de paie dépassent à peine le Smic après plus de 20 ans de carrière. Ils sont également exclus de la « prime aux entreprises » mise en place par l’agglomération.

Pourtant ce n’est pas l’argent qui semble manquer au regard des dépenses engagées par le Maire pour mettre fin à la grève. Refusant le dialogue, il a préféré rémunérer des prestataires privés dont le coût est estimé à 3 000 euros par jour et par camion, soit plusieurs dizaines de milliers d’euros par mois, et n’a pas hésité à partir en vacances. sans même prendre la peine de rencontrer les employés. De l’argent public dépensé dans le but de briser une grève, il fallait oser !

Ne reculant devant rien, nous venons d’apprendre que le maire d’Auxerre, qui se refuse à toute concertation, vient de lancer un nouvel appel d’offres auprès de la communauté d’agglomération pour la collecte des ordures. La tentative de briser la grève n’a pas fonctionné, M. Crescent Marault passe à l’étape suivante : remplacer les employés et privatiser le service !

La grève des éboueurs d’Auxerre met en lumière la problématique de la collecte des déchets dans notre pays. Ces premières corvées, dont les métiers sont essentiels à notre société, sont sous-payées et précaires depuis des décennies par une politique déshumanisante qui démantèle nos services publics et fait passer les profits personnels avant l’intérêt général.

Nous demandons une augmentation de leurs salaires et la fin de la privatisation des activités de collecte des déchets incompatibles avec une mission de service public. Nous tenons à réaffirmer notre soutien aux salariés en lutte et demandons au Maire d’Auxerre d’accepter les revendications légitimes des grévistes.

New Grb1

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page