Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles locales

Dure semaine au travail ? Pas autant que les Bears !


Il y a des moments dans la vie où n’importe qui peut être convaincu qu’il a vécu la pire semaine de travail de son histoire. Quand on se compare on se console et ces jours-ci il y a les Chicago Bears pour nous rappeler qu’il y a toujours pire ailleurs.

Avec 14 défaites consécutives depuis la saison dernière, c’est en fait plus qu’une simple semaine difficile pour les Bears. On peut même parler de désastre pour cette franchise autrefois fière, qui sera en action jeudi soir face aux Packers et qu’il faudra éviter même sous la menace de la torture.

De reconstruction en reconstruction, celle que vit actuellement Chicago est sans doute la plus douloureuse car avant la saison, il y avait vraiment des raisons de croire que l’équipe était sur la bonne voie. Après le véritable accident de réservoir comme l’a été le premier mois de la saison, les Bears sont plus sur la touche.

Depuis quelques jours, la situation est de pire en pire et pour faire le point sur les déboires, il est difficile de savoir par où commencer.

Champs neutres

Dimanche, tout laissait croire que l’équipe pourrait relancer sa saison avec une avance de 28-7 à domicile face aux Broncos. Mais non, les Bears ont dû arrêter de jouer et gaspiller ce coussin de 21 points pour égaler le plus gros come-back à leurs dépens dans l’histoire de la franchise.

Faut-il ajouter que leurs adversaires du jour venaient de se faire poivrer de 70 points une semaine plus tôt et qu’eux aussi étaient en pleine crise existentielle, sans la moindre victoire ?

Les Bears sont également une mauvaise mascarade de relations publiques. Lors des trois premières défaites, le plus gros projet de l’organisation, le quart-arrière Justin Fields, a joué de façon exécrable. En conférence de presse, il a remis en cause le coaching, avant de se rétracter.

La vérité est qu’il n’a pas tort, mais que chaque organisation fonctionnelle lave son linge sale en privé. L’autre vérité est qu’avant de lancer des tomates à ses entraîneurs, Fields devrait avoir la décence de se regarder dans le miroir. Outre son excellente première mi-temps face aux Broncos, son début de saison a été un fiasco monumental.

D’autres malheureux

Obtenu la saison dernière par échange, Chase Claypool a sous-performé au point où il a été laissé de côté dimanche dernier.

Getty Images via AFP

Et que dire du pitoyable feuilleton entre les Bears et leur receveur mécontent Chase Claypool ?

Dimanche, l’entraîneur-chef Matt Eberflus, avec un bilan impressionnant de 3-18 depuis son arrivée, a indiqué que Claypool restait à la maison par choix. Plus tard, un journaliste de l’équipe l’a contredit, affirmant que Claypool avait été invité à rester à la maison. Qui dit la vérité dans cette pathétique parodie ratée de Beautés désespérées? Parlez-vous et écoutez au moins les mêmes mensonges, à condition d’avoir l’air fou !

Claypool n’est même pas le seul receveur à ruminer. Lors d’une discussion avec le secondeur des Buccaneers Devin White avant un match, le nouveau venu DJ Moore a été informé qu’il était utilisé à mauvais escient et, sans se rendre compte que les micros étaient ouverts, a répondu qu’il était d’accord.

Peu de joueurs semblent ravis de leur situation en ce moment avec les Bears.

Il y a eu aussi tout le brouhaha autour du départ du coordonnateur défensif Alan Williams pour raisons personnelles. Des rumeurs de perquisition policière, démenties par la suite, ont même circulé.

En veux-tu plus? Dans tout ce charabia, les Bears ont également été victimes d’un important vol de matériel à Soldier Field. Ce n’est toujours pas de leur faute, mais le nuage noir qui plane sur cette franchise refuse de se dissiper.

Bref, pensez-y quand tout s’écroule autour de vous au travail et que votre environnement de travail semble être devenu l’endroit le plus dysfonctionnel qui soit. Respirez profondément et rappelez-vous que les Bears sont vraiment en difficulté.

MA PRÉVISION POUR JEUDI : Ours 17 Commandants 24

À TRAVERS LA NFL…

Du renfort chez les Lions


Le quart-arrière Justin Fields et l'entraîneur-chef Matt Eberflus ont du mal à remettre les Bears sur les rails cette saison.

Getty Images via AFP

Les Lions pourront enfin compter sur le receveur de passes de deuxième année Jameson Williams. Blessé pendant la majeure partie de sa saison rookie l’an dernier, il a été suspendu six matchs cette saison en raison de paris illégaux. Cette suspension a été réduite à quatre matchs et il est prêt à revenir à l’action. Pourquoi en parler ? Parce qu’il est explosif au possible et qu’il a encore le potentiel pour dynamiser encore plus l’attaque des Lions. Dans la NCAA, il a gagné 19,6 yards par réception.

Jonathan Taylor de retour ?


Le quart-arrière Justin Fields et l'entraîneur-chef Matt Eberflus ont du mal à remettre les Bears sur les rails cette saison.

Getty Images via AFP

Avant la saison, le désaccord contractuel entre les Colts et leur running back Jonathan Taylor a fait couler beaucoup d’encre. Mécontent, Taylor a exigé un échange, mais les Colts n’ont pas pu trouver la compensation qui leur plaisait. Placé dans la réserve des blessés, Taylor est éligible pour revenir et les Colts ont laissé entendre qu’il était ravi de revenir. Reste à savoir s’il pourra jouer dimanche contre les Titans.

Un retour à la maison


Le quart-arrière Justin Fields et l'entraîneur-chef Matt Eberflus ont du mal à remettre les Bears sur les rails cette saison.

AFP

Les Patriots, déjà privés des cornerbacks Jack Jones et Marcus Jones, ont vu leur excellent rookie Christian Gonzalez chuter à son tour dimanche. Une blessure à l’épaule lui fera rater le reste de la saison. Désespérés, ils se tournèrent vers leur ancienne flamme, JC Jackson. Ce dernier a excellé en Nouvelle-Angleterre avant de rejoindre les Chargers l’an dernier, via le marché des agents libres. Depuis, c’est un véritable désastre. Les Patriots obtiennent Jackson et un choix de septième ronde en 2025 pour un choix de sixième ronde en 2025.

journaldemontreal

Remon Buul

Chairman of the board of directors responsible for organizing and developing the general policy of the website and the electronic newspaper, he is interested in public affairs and in monitoring the latest international developments.
Bouton retour en haut de la page