Nouvelles locales

Douvres tente de panser ses blessures

De nombreuses questions restent en suspens, à Douvres, 48 ​​heures après le drame qui a coûté la vie à cinq membres d’une même famille recomposée, tués par le fils, abattus à leur tour par le GIGN. Les investigations se poursuivent, comme les autopsies, pour tenter de comprendre les circonstances du meurtre, et les motivations de l’auteur, présenté comme psychologiquement fragile.

Ce qui a pu conduire Matthieu Darbon, entre mardi et mercredi 20 juillet, à mettre à mort son père Lilian, la nouvelle compagne de ce dernier, sa sœur de 17 ans, sa demi-sœur de 15 ans et sa moitié-5 frère d’un an?

Un village plongé dans un abîme de tristesse

Cet acte de sauvagerie extraordinaire a plongé ce village du Bugey, tout près d’Ambérieu, dans un abîme de tristesse. Il faudra du temps pour effacer le traumatisme. Ce vendredi 22 juillet, une cellule psychologique a été ouverte à dix heures par l’association d’aide aux victimes (Avema), à la mairie de Douvres, pour les habitants, voisins ou connaissances de la famille, ayant exprimé le besoin Support.

La matinée était principalement orientée vers les parents d’écoliers scolarisés avec le petit Eliott, 5 ans, en quête de réponses à donner à leurs enfants. Comment utiliser les mots justes, en parler, libérer la parole, sans en rajouter.

New Grb1

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page