Dortmund sort l’Atlético après un match fou et rencontrera le PSG en mi-temps

Battu à Madrid la semaine dernière (2-1), Dortmund a renversé le score face à l’Atlético ce mardi soir en quart de finale retour de Ligue des Champions (4-2) pour assurer sa qualification pour la demi-finale. Où il affrontera le PSG, comme en phase de poules.

Quatre mois plus tard, il y aura des retrouvailles entre les joueurs du BVB et du PSG. Battu à Madrid la semaine dernière (2-1), Dortmund a renversé le score face à l’Atlético ce mardi soir en quart de finale retour de Ligue des Champions (4-2) pour assurer sa qualification pour la demi-finale. Où il affrontera le Paris de Luis Enrique, comme en phase de groupes.

>>> Revivez Dortmund-Atlético (4-2)

Comme en 2013

L’euphorie en première mi-temps, la désillusion en début de deuxième acte et la folie pendant deux minutes et demie : les 81 365 spectateurs du Westfalenstadion ont vécu toutes les émotions. Le plus âgé d’entre eux a dû se souvenir du quart de finale en 2013 contre Malaga lors duquel Dortmund avait arraché sa place dans le dernier carré grâce à deux buts dans le temps additionnel de Marco Reus, encore présent mercredi, et Felipe Santana.

Pour succéder aux hommes de Jürgen Klopp, finalistes à Wembley en 2013 contre le Bayern Munich (défaite 2-1), les joueurs d’Edin Terzic affronteront début mai en demi-finale le Paris SG, qui a battu le FC Barcelone en quarts. . de finale. Le match aller se jouera en Allemagne, le retour une semaine plus tard au Parc des Princes.

Sorti premier d’un groupe extrêmement relevé avec le Paris SG, l’AC Milan et Newcastle, le Borussia Dortmund poursuit ainsi un parcours européen extraordinaire, en éliminant l’Atlético Madrid d’Antoine Griezmann, après une démonstration en première période.

Les Jaune et Noir, privés de leur buteur à l’aller Sébastien Haller, ont été contraints de revenir avec un but de retard après de grosses erreurs défensives madrilènes de Ian Maatsen et du duo défensif Mats Hummels/Nico Schlotterbeck.

Les coéquipiers d’Emre Can ont été les premiers à se montrer dangereux devant le but de Jan Oblak dès la 3ème minute. Sur une passe de Julian Brandt, Karim Adeyemi parvient à servir seul Marcel Sabitzer des sept mètres, mais l’international autrichien contrôle le ballon et permet le retour de dernière minute de César Azpilicueta.

150 secondes de folie

Alvaro Morata, lancé en profondeur et plus rapide que Sabitzer, a eu l’occasion deux minutes plus tard de calmer l’ambiance à Dortmund mais a raté son ballon piqué contre Gregor Kobel.

L’Atlético a cédé le ballon au Borussia Dortmund, en s’appuyant sur les arrêts d’Oblak. Mais le gardien slovène n’a rien pu faire peu après la demi-heure de jeu sur une frappe puissante de Brandt, idéalement servie sur une passe parfaite de l’extérieur du pied de Hummels.

Le champion du monde 2014 a ainsi rattrapé son erreur du match aller, tout comme Maatsen, auteur du deuxième but de Dortmund cinq minutes seulement après l’ouverture du score, le BVB insistant sur le côté droit de la défense madrilène en difficulté. Suite à une belle talonnade de Sabitzer, Maatsen se retrouvait seul et centrait parfaitement sa frappe du gauche pour libérer le Westfalenstadion.

Le retour des vestiaires a tourné à la catastrophe pour Dortmund, mis sous pression par les trois changements de Diego Simeone (Riquelme, Angel Correa et Pablo Barrios). Sur un corner tiré sans puissance de Mario Hermoso, Hummels trompait son gardien et relançait les Madrilènes. Un quart d’heure plus tard, alors que l’Atlético reprenait le contrôle du match, Correa égalisait logiquement, un but qui permettait à son équipe de retrouver la qualification. Mais sur un centre de Sabitzer à la 71e minute, Niclas Füllkrug catapultait le ballon dans le but d’Oblak à l’aide du poteau pour remettre Dortmund dans le sens du jeu.

Moins de 150 secondes plus tard, Sabitzer a donné une tournure complètement folle au match, pour mettre Dortmund devant sur l’ensemble des deux matches. Omniprésent, l’ancien joueur du Bayern Munich a été tout près de tuer tout suspense à l’entame des cinq dernières minutes, mais Oblak a repoussé sa tentative des 25 mètres d’un superbe arrêt.

Meilleurs articles

Quitter la version mobile