Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Bourse Entreprise

Devriez-vous rembourser vos dettes avec vos REER?


Lorsque vous êtes endetté et que vous cherchez des solutions, vous pourriez être tenté de débourser vos REER pour rembourser vos créanciers. Attention, cela pourrait contribuer à vous enfoncer davantage !

• Lisez aussi : Dépensez vos points Air Miles restants

Avant de consulter un praticien de l’insolvabilité, les consommateurs font généralement tout ce qui est en leur pouvoir pour se sortir d’une situation d’endettement. Emprunter de l’argent à des proches, emprunter rapidement avec des taux d’intérêt élevés, vendre des biens, etc. Et lorsqu’ils ont réussi à épargner pour leur retraite, plusieurs décident aussi de retirer leurs REER pour faire face aux affaires les plus urgentes et espèrent ainsi régler leur problème d’endettement. . Mais non seulement il ne s’agit que d’une solution temporaire, mais cela risque également d’aggraver la situation qu’elle ne l’était déjà.

  • Écoutez le segment affaires d’Yves Daoust diffusé en direct tous les jours à 9 h 35 via :

Perdant sur tous les plans

Il n’est pas rare que les personnes qui viennent consulter Véronique Lalonde, syndic autorisée en insolvabilité chez Raymond Chabot, aient déboursé leurs REER avant de se rendre compte des faits et de prendre rendez-vous avec un professionnel de l’insolvabilité. « Cela peut aider temporairement, mais cela ne résout pas le problème à la source. De plus, le décaissement crée une dette fiscale supplémentaire », prévient-elle. Il y aura en effet des répercussions à court et à long terme.

« Premièrement, l’institution financière fera une retenue à la source. Selon le montant retiré, cela peut représenter 10 à 30% du montant. De plus, ce retrait de votre REER ajoute également à votre revenu annuel, ce qui pourrait augmenter votre taux d’imposition », précise-t-elle.

Par exemple, disons que vous gagnez 40 000 $ par année et que vous retirez 15 000 $ de vos REER. Dans ce cas, la banque retiendra 20 % de ce montant, mais vous devrez tout de même déclarer 55 000 $ de revenus annuels, ce qui augmentera votre taux d’imposition à 37 %. « Vous pourriez donc vous retrouver avec une dette fiscale supplémentaire à payer au fisc, ce qui augmentera encore votre dette », précise le syndic.

A cela s’ajoute la perte potentielle d’abattements, de crédits et de déductions sur votre prochaine déclaration de revenus, du fait de l’augmentation de vos revenus.

Deux situations de décaissement

Véronique Lalonde rappelle qu’un REER ne doit être déboursé que dans deux situations : le Régime d’accession à la propriété (RAP) et le Régime d’encouragement à l’apprentissage tout au long de la vie (REEP). Avec le PAR, vous pouvez retirer jusqu’à 35 000 $ de vos REER sans être pénalisé fiscalement. Vous avez ensuite 15 ans pour rembourser ce montant dans votre REER.

Dans le cadre du REEP, il est possible de retirer jusqu’à 10 000 $ par année jusqu’à concurrence d’un montant total de 20 000 $ dans les cinq ans suivant le premier retrait, afin de payer les frais de scolarité ou ceux de son mari. Nous avons alors un maximum de 10 ans pour les rembourser.

N’oubliez pas que tout retrait entraînera la perte permanente de vos droits de cotisation REER. « De plus, l’épargne durement gagnée pour la retraite sera perdue à jamais », déplore Véronique Lalonde. Elle rappelle également que le REER est insaisissable en cas de faillite ou de proposition de consommateur, à l’exception des cotisations des 12 derniers mois.

DES ASTUCES:

  • Les sommes que vous avez réussi à cotiser à vos REER devraient être mises de côté pour la retraite afin de vous assurer un niveau de vie plus confortable. De plus, cet outil d’épargne permet de différer les impôts, mais le fisc prélèvera sa part dès que vous les débourserez, que vous soyez déjà retraité ou non.
  • Si vous avez d’autres types d’épargne, comme un CELI ou un CPG enregistré, puisez dans ce pécule plutôt que dans vos REER. Ce n’est pas la solution idéale, mais c’est un moindre mal.
  • Vous avez cotisé au REER de votre conjoint et votre conjoint effectue un retrait dans les trois ans suivant cette cotisation ? Attention, car c’est vous qui recevrez la facture fiscale.

Avez-vous des informations à partager avec nous sur cette histoire ?

Vous avez un scoop qui pourrait intéresser nos lecteurs ?

Écrivez-nous au ou appelez-nous directement au 1 800-63SCOOP.



journaldemontreal-boras

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.
Bouton retour en haut de la page