Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles

Deux manifestants tués lors de manifestations anti-mines au Panama


Roberto Cisneros/AFP/Getty Images

Des gens manifestent lors d’une marche contre le contrat gouvernemental avec la société minière canadienne First Quantum et sa filiale Minera Panama, à Panama City, le 3 novembre 2023.



CNN

Les manifestations anti-mines qui ont secoué le Panama au cours des deux dernières semaines sont devenues meurtrières mardi lorsqu’un homme aurait abattu deux manifestants, selon la police.

Une vidéo effrayante publiée par des passants sur X, anciennement connu sous le nom de Twitter, montrait un homme âgé échevelé, apparemment frustré par l’embouteillage, essayant de forcer les manifestants à retirer une barrière bloquant l’autoroute panaméricaine à environ 80 km au sud de la capitale, avant de retirer un pistolet et ouvrir le feu. La police nationale du Panama a déclaré plus tard avoir arrêté le tireur présumé sur les lieux de la fusillade.

Cette scène de violence inhabituelle est le dernier point d’éclair de certaines des plus grandes manifestations qui ont frappé ce pays d’Amérique centrale depuis que les Panaméens ont envahi les rues en masse pour manifester contre la dictature de Manuel Noriega dans les années 1980.

Depuis des semaines, des dizaines de milliers de manifestants ont exprimé leur fureur contre un contrat minier controversé accordé à Minera Panama, la filiale locale d’une société minière canadienne, pour extraire du cuivre, un composant clé des batteries de voitures électriques.

Le contrat permet à First Quantum Minerals du Canada de redémarrer une mine de cuivre à ciel ouvert entourée d’une forêt tropicale pour les 20 prochaines années, avec la possibilité de prolonger de 20 ans supplémentaires.

Les environnementalistes affirment que la mine pourrait contaminer l’eau potable et dévaster des étendues de 32 000 acres dont l’entreprise a négocié l’utilisation, en échange de paiements annuels de 375 millions de dollars.

Le gouvernement panaméen a toutefois promis que la mine créerait des milliers d’emplois en plus des revenus indispensables. First Quantum Minerals n’a pas répondu à la demande de commentaires de CNN sur les manifestations.

Roberto Cisneros/AFP/Getty Images

Des enseignants défilent pour protester contre la mort de deux personnes lors d’une manifestation contre le contrat du gouvernement avec la société minière canadienne First Quantum et sa filiale Minera Panama, à Panama City, le 8 novembre 2023.

Roberto Cisneros/AFP/Getty Images

Une marche contre le contrat gouvernemental avec la société minière canadienne First Quantum et sa filiale Minera Panama à Panama City le 3 novembre 2023.

L’opposition à la mine a uni les environnementalistes, les groupes indigènes et les syndicats d’enseignants et de la construction qui considèrent les allégations de transactions en coulisses entre le gouvernement et la société minière comme une preuve supplémentaire de la corruption officielle généralisée.

Les manifestants accusent le gouvernement de brader les ressources naturelles du pays au moment même où de nombreux Panaméens subissent les conséquences de la hausse de l’inflation et ressentent les impacts du changement climatique.

« Les Panaméens souffrent du manque d’eau, souffrent de sécheresses, principalement dans les provinces centrales, d’animaux qui meurent, de récoltes qui n’ont pas lieu », a déclaré la militante écologiste Martita Cornejo à CNN en Español.

« Le gouvernement n’a pas mesuré l’opposition de la société panaméenne à un contrat minier. »

Mais l’ancien ambassadeur américain au Panama, John Feeley, a déclaré que même si l’indignation était en grande partie réelle, l’annonce du nouveau contrat offrait également une opportunité à certains groupes d’essayer d’imposer leurs propres concessions et d’obtenir des accords privilégiés avec le gouvernement.

« C’est ce qui est horrible au Panama : même lorsque vous protestez contre la corruption, vous la facilitez probablement aussi », a-t-il déclaré.

Des semaines de barrages routiers installés par les manifestants ont paralysé le pays, empêchant les agriculteurs d’amener leurs récoltes au marché et séquestrant les Panaméens dans leurs maisons. Selon l’association panaméenne des dirigeants d’entreprises, le statu quo inflige 80 millions de dollars de pertes quotidiennes aux entreprises locales. Les célébrations marquant l’indépendance du Panama vis-à-vis de la Colombie en 1903 ont également été largement annulées la semaine dernière.

Le président panaméen, Laurentino Cortizo, a défendu l’accord minier après son annonce le 20 octobre, affirmant que l’accord créerait des emplois et des revenus pour le Panama.

La mine a constitué un rare point positif économique pour le Panama, où le tourisme a mis du temps à se remettre de la pandémie et où la sécheresse a réduit le trafic dans le canal de Panama, ce qui devrait entraîner une baisse des revenus de 200 millions de dollars en 2024.

« Nous avons pris la bonne décision, pas la plus facile », a déclaré Cortizo. « Après une négociation difficile et compliquée de plus de deux ans, un contrat a été conclu en 2023 entre l’entreprise Minera Panama et l’État panaméen, qui garantit des conditions bien meilleures pour le pays. »

Mais alors que les protestations se prolongent, le gouvernement panaméen a proposé des concessions qui n’ont guère contribué à atténuer la crise : la semaine dernière, le congrès a adopté un moratoire sur toute future exploitation minière de métaux et Cortizo a appelé à un référendum national en décembre sur ce projet controversé.

En 2017, la Cour suprême du Panama a déclaré inconstitutionnel un autre contrat d’exploitation de la mine de cuivre, obligeant la société minière et le gouvernement à renégocier l’accord.

Les opposants disent maintenant qu’ils espèrent qu’une annonce faite cette semaine par la Cour suprême du Panama selon laquelle elle examine la légalité du contrat pourrait une fois de plus tuer l’accord.

Quelle que soit la solution à la crise, il est peut-être trop tard pour réparer les dommages causés à la réputation du Panama dans la région en tant que bastion rare de stabilité politique et économique.

Gn En head

francaisenouvelles

The website manager responsible for technical and software work, the electronic newspaper, responsible for coordinating journalists, correspondents and administrative work at the company's headquarters.
Bouton retour en haut de la page