Skip to content
Dessalement d’eau de mer;  agadir

C’est fait. La station de dessalement de Chtouka-Aït Baha a commencé, le 14 juillet, à produire ses premiers mètres cubes (m³) d’eau, après 36 mois de travail minutieux. « Lancé dans le cadre du Plan Maroc Vert, ce projet ambitieux a été mis en œuvre dans le cadre de la nouvelle stratégie Génération Verte et honoré par la visite mémorable du Souverain, le 13 février 2020 », indique le Bureau régional de mise en œuvre. valeur agricole du Souss-Massa (ORMVA-SM). Pour l’Office, « l’usine de dessalement se veut un bel ouvrage humain, technique et managérial au sein d’un projet innovant, tant par la mobilisation de l’eau non conventionnelle que par son montage institutionnel (partenariat public-privé) ». Ainsi, la région Souss-Massa a réussi le double pari visant à sécuriser la ressource et sauvegarder les acquis économiques et sociaux sur les 15 000 ha de primeurs souscrits. L’usine a une capacité de production totale de 275 000 m³ d’eau dessalée par jour. La capacité de démarrage est de 150 000 m³/jour pour le volet eau potable. A cela s’ajoutera une production supplémentaire de 125 000 m³/j d’eau d’irrigation au profit de 13 600 hectares, promue par le Ministère de l’Agriculture. L’extension éventuelle de la capacité globale est prévue dans le contrat de construction de l’usine (eau potable et irrigation). Celle-ci pourrait en effet aller jusqu’à 450 000 m³/jour. Pour le volet eau potable, l’usine de dessalement vise à sécuriser l’approvisionnement d’une population de 2,3 millions d’habitants d’ici 2030, dont 20% en milieu rural. Il permettra également de porter à 100% le taux d’accès à l’eau potable en milieu rural au niveau du Grand Agadir et d’accompagner le développement socio-économique de la région ainsi que de préserver les ressources en eau.



lematin

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.