Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
À la uneNouvelles

Des photojournalistes de l’AFP ont-ils accompagné le Hamas lors du massacre du 7 octobre ? – Libérer


La guerre entre le Hamas et IsraëlDossiers

Les internautes accusent l’Agence France-Presse d’avoir embauché des photojournalistes palestiniens qui seraient présents aux côtés du Hamas depuis le début des attentats du 7 octobre. L’analyse des métadonnées des photographies invalide cette accusation.

Après les agences Associated Press (AP) et Reuters, c’est au tour de l’Agence France-Presse (AFP) d’avoir engagé des photographes qui ont accompagné le Hamas, le 7 octobre, sur les lieux des attentats terroristes.

Alors que les principales accusations contre AP et Reuters ont été portées par une organisation pro-israélienne, Honest Reporting qui a fini par admettre qu’il n’avait aucune preuve de ce qu’il disait Les critiques contre l’AFP ont été formulées par Jean-Charles Brisard, président du Centre d’analyse du terrorisme (CAT) et professeur à Sciences-Po Strasbourg. « Que fait votre photographe avec les terroristes du Hamas et du Jihad islamique, le 7 octobre, alors qu’ils « se dirigent vers la barrière frontalière avec Israël » et s’apprêtent à tuer 1 400 personnes, dont 40 Français ? Le saviez-vous avant ? », a-t-il demandé à l’AFP sur le réseau social X (anciennement Twitter).

Dans un communiqué publié ce vendredi 10 novembre, le directeur de l’information de l’AFP, Phil Chetwynd, a défendu le travail de ses journalistes à Gaza, soulignant que « Toute accusation de collusion entre nos journalistes à Gaza et le Hamas lors de l’attaque du 7 octobre est calomnieuse et diffamatoire, et nous nous réservons le droit de prendre des mesures en conséquence. » Le directeur de l’information dit à ses photographes « Il a juste suivi l’événement tel qu’il se déroulait sur le terrain. »

L’AFP souligne que « Trois photographes basés à Gaza, qui travaillent en permanence depuis plus de vingt ans pour l’AFP et sont internationalement reconnus, se sont mobilisés dès que l’attaque du Hamas a été connue. Ils ont été réveillés par des tirs d’artillerie et de roquettes, puis se sont approchés de la barrière entre Gaza et Israël. Chacun était clairement identifié comme journaliste, avec son casque et son gilet pare-balles. Les premières photographies près de la barrière de Gaza ont été prises plus d’une heure après le début de l’attaque.

Ces trois photographes sont Saïd Khatib, Mahmud Hams et Mohammed Abed. Grâce à ces noms, ConsulterActualités Il a pu consulter les images qu’ils ont fournies dans la journée du 7 octobre, et analyser les métadonnées EXIF ​​​​​​de ces documents, qui indiquent l’heure à laquelle chaque photo a été prise.

Les premières photographies prises par les trois photographes ont été prises depuis des appartements dans la bande de Gaza. C’est un lancement de fusée. Elles sont datées respectivement de 6h25 locales pour Mahmud Hams et de 6h33 locales pour Saïd Khatib. L’heure enregistrée par l’appareil de Mohammed Abed est incohérente, puisqu’elle correspondrait à 5h30 heure locale, pour les mêmes événements, ce qui révèle une mauvaise configuration de la box (en effet, à 5h30 il faisait encore nuit, alors que la photo montre la luminosité du soleil). Les trois photographes se trouvaient donc dans la ville, du côté de Gaza, au moment où le Hamas a commencé ses attaques.

Sur ces trois photographes de l’AFP, un seul franchira la frontière israélienne. Il s’agit de Saïd Khatib, qui a pris trois images d’un char en feu à 7h54, 7h55 et 7h57 (heure locale).

Une autre photographie de Saïd Khatib prise ce jour-là, montrant des hommes dans une camionnette blanche, a été partagée sur les réseaux sociaux. Les métadonnées montrent qu’elle a été prise à 10h31. Le titre de cette photo indique qu’elle a été prise depuis la bande de Gaza, à Khan Yunis. ConsulterActualités Je n’ai pas pu géolocaliser cette image faute d’éléments visuels identifiables. Cependant, d’autres photographies prises par Saïd Khatib indiquent qu’il était de retour dans la bande de Gaza à 8h33 et 10h35, après la photographie du char incendié à la frontière israélienne.

Les photographies envoyées aux agences de presse par Mahmoud Hams et Mohammed Abed le 7 octobre font exclusivement référence à des événements survenus dans la bande de Gaza. qu’il s’agisse des Gazaouis qui se réfugient ou des dégâts causés par les tirs israéliens.


Gn fr headline

Cammile Bussière

One of the most important things for me as a press writer is the technical news that changes our world day by day, so I write in this area of technology across many sites and I am.
Bouton retour en haut de la page