Skip to content
des mesures pour soulager les exploitations sinistrées

L’épisode orageux du week-end dernier a laissé des traces, des cultures ravagées par la grêle et des agriculteurs en détresse. Pour y faire face, le nouveau ministre de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire a annoncé lundi une série de mesures activées « très rapidement ». Des dispositifs connus, comme l’allégement des charges sociales et la défiscalisation des terrains non bâtis. Mais pas seulement.

« Il y a une demande qui a été faite, on y travaille dur, pour faire en sorte que les prêts garantis par l’Etat puissent être prolongés dans le temps parce qu’on va avoir un manque à gagner sur nos exploitations », a expliqué Marc Fesneau, en déplacement dans l’est de Bordeaux, évoquant le contexte particulier des « calamités agricoles ».

Ce contenu est bloqué car vous n’avez pas accepté les cookies.

En cliquant sur  » J’accepte « des cookies seront stockés et vous pourrez voir le contenu .

En cliquant sur « J’accepte tous les cookies »vous autorisez le dépôt de cookies pour le stockage de vos données sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Vous conservez la possibilité de retirer votre consentement à tout moment.
Gérer mes choix



La méthode au cas par cas

A court terme, « nous avons besoin d’avoir un état des lieux très rapidement pour activer les appareils (…) Nous avons un événement très violent dans de très nombreux départements mais dans des zones localisées. Il faut regarder les différences entre ceux qui étaient assurés ou non, ceux qui étaient couverts pour tel ou tel risque. Nous le ferons au cas par cas », a-t-il poursuivi, assurant « la mobilisation de l’Etat ».

Il est également revenu sur le nouveau dispositif d’assurance récolte, qui s’appliquera à partir du 1er janvier 2023. « C’est le doublement du budget de 300 à 600 millions d’euros, qui permettra à plus d’agriculteurs de s’assurer ».

Côté prévention, « il faut travailler sur des systèmes qui permettent d’atténuer les effets des phénomènes orageux (face au) changement climatique qui produit des événements plus réguliers et plus puissants ».

L’intense orage qui a traversé la France a été une « véritable catastrophe » pour l’agriculture, la grêle ayant touché des vignes, des cultures céréalières et des bâtiments, a déclaré dimanche la présidente de la FNSEA, Christiane Lambert. Des dégâts importants ont été constatés sur l’ensemble de la France, avec plus de 40 départements touchés, allant de la Bretagne au Gers et aux Landes en passant par l’Indre-et-Loire ou l’Allier, selon le syndicat.

New Grb1

Toutes les actualités du site n'expriment pas le point de vue du site, mais nous transmettons cette actualité automatiquement et la traduisons grâce à une technologie programmatique sur le site et non à partir d'un éditeur humain.