Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles

Des manifestants anti-israéliens brûlent le drapeau israélien et éclaboussent du faux sang sur le bâtiment du New York Times


Métro


Des centaines de manifestants anti-israéliens appelant à l’élimination de l’État juif ont pris d’assaut le Grand Central Terminal vendredi soir, frappant furieusement et donnant des coups de pied à l’entrée verrouillée de la gare qui a été forcée de fermer temporairement en raison de la manifestation bruyante.

La foule faisait partie d’une manifestation « Inonder Manhattan pour Gaza » qui a initialement convergé vers Columbus Circle plus tôt dans la soirée, où ils ont incendié un drapeau israélien et nargué une petite faction de contre-manifestants avant de défiler à travers Manhattan et d’éclabousser du faux sang sur le bâtiment du New York Times.

« Nous ne voulons pas d’un État juif. Nous voulons 48 ! » » ont scandé les manifestants anti-israéliens au point de départ, faisant référence à la Palestine avant la création d’Israël.

« Colons, colons rentrez chez eux ! La Palestine est à nous seule ! » » a crié la foule.

« C’est bien de se rebeller. Israël, va en enfer ! d’autres scandaient.

De l’autre côté de la rue se tenait un petit groupe de partisans d’Israël. Gregory Jachts, 56 ans, résident du comté de Bergen, a déclaré qu’il trouvait « offensant qu’ils soient ici en train de scander l’élimination d’Israël ».

« Ils scandaient du fleuve à la mer un appel à l’élimination d’Israël et au génocide des Juifs », a déclaré Jachts, qui n’est pas juif mais a de la famille en Israël.

L’entrée du bâtiment du New York Times est recouverte de faux sang.
James Keivom
On voit des manifestants brandir des pancartes pro-palestiniennes alors qu’ils se tiennent devant le faux sang à l’entrée du bâtiment du New York Times.
James Keivom
Un policier est aperçu devant le bâtiment du Times après que l’entrée ait été dégradée.

Plusieurs manifestants ont affronté une femme pro-israélienne qui tenait sa main sur sa bouche pour essayer de retenir ses larmes tandis qu’un officier de la police de New York lui parlait.

« Pleure salope, pleure! » » a crié un homme masqué à la femme désemparée et à une poignée d’autres manifestants pro-israéliens derrière une barricade de police.

« Vous, les enfoirés sionistes ! » a-t-il dit avant que la police ne le pousse.

« Vous n’avez aucun putain de soutien ! Va te faire foutre ! Je vais te foutre en l’air si je te vois ! » a crié un partisan palestinien à un autre manifestant pro-israélien avant que la police ne lui dise de bouger.

Des manifestants ont déchiré des exemplaires du journal Jewish Post lors d’un rassemblement vendredi soir devant la gare Grand Central.
James Keivom
Une sympathisante d’Israël a pleuré après avoir été confrontée à des manifestants pro-palestiniens à Columbus Circle.
Steven Vago pour le New York Post
Les manifestants ont laissé des pancartes sur un magasin Dior à Manhattan.
Steven Vago pour le New York Post

Les quelque 2 000 manifestants ont marché vers l’est sur la 59e rue depuis Columbus Circle et ont collé des autocollants indiquant « Le sionisme est du terrorisme » et « Israël commet un génocide à Gaza ! » sur les vitrines et portes de la boutique Dior de la 5ème Avenue.

Anna Ahmed, 40 ans, qui vit à Midtown, tenait un drapeau palestinien alors qu’elle marchait. Elle a déclaré au Post qu’elle souhaitait voir la fin de la violence.

« Depuis 1948, Israël est venu et a occupé la Palestine. Depuis ce jour et aujourd’hui, ils tuent des enfants et des enfants. Chaque jour, ils bombardent des hôpitaux, des enfants, des écoles et des maisons », a-t-elle déclaré.

Plus de 11 000 Palestiniens ont été tués à Gaza, selon le ministère de la Santé dirigé par le Hamas, depuis qu’Israël a répondu à l’attaque surprise du Hamas le 7 octobre qui a fait quelque 1 200 morts parmi les Israéliens.

Un homme est arrêté par des membres de la police de New York alors que des manifestants se rassemblent devant le Grand Central Terminal lors d’un rassemblement pro-palestinien.
James Keivom
Un manifestant tente de placer le drapeau palestinien au sommet d’un lampadaire près de la gare Grand Central lors d’un rassemblement pro-palestinien le vendredi 10 novembre 2023.
James Keivom

Les manifestants ont projeté des messages « La Palestine sera libre », « Cessez l’apartheid », « Cessez le financement d’Israël » et « Cessez l’impérialisme » sur le bâtiment du Musée d’art moderne avant de se diriger vers Times Square.

Le groupe s’est tourné vers le sud et a fait rage dans deux magasins Starbucks différents sur la 6e Avenue et Madison Avenue, incitant les travailleurs à verrouiller les portes à un endroit.

« Ferme-le! Ferme-le! » criaient-ils sous le regard des clients et des employés.

« Vous faites des boissons pour le génocide ! Vous préparez des boissons pour le génocide ! » criaient d’autres.

De nombreux policiers ont encerclé le terminal et ont ordonné à la foule de se disperser.
James Keivom
Des manifestants ont incendié un drapeau israélien.
James Keivom

Certains ont laissé des autocollants pro-palestiniens sur les fenêtres alors qu’un grand groupe de flics se tenait devant la porte.

Ils ont ensuite éclaboussé du faux sang sur le bâtiment emblématique du New York Times, où des centaines de manifestants pro-palestiniens ont pris le relais jeudi.

« Putain de New York Times ! » » la foule a scandé.

« Médias sionistes. Ce sont les médias sionistes. Je te revois, salope ! » » a crié un partisan de la Palestine après un journaliste avant que les flics ne les séparent.

Des milliers de personnes sont descendues dans les rues de Manhattan vendredi soir pour exiger un cessez-le-feu et la fin de l’État israélien.
James Keivom
Les manifestants tentent d’entrer dans la gare Grand Central mais ont été bloqués par des membres de la police de New York lors d’une manifestation vendredi soir à Manhattan.
James Keivom

« Retourne d’où tu viens ! Vous ressentez une certaine façon ? Retourne d’où tu viens putain ! » » a déclaré un passant frustré à un partisan palestinien à l’extérieur du bâtiment du Times.

La marche s’est poursuivie jusqu’au Grand Central Terminal, où les manifestants ont tenté de se frayer un chemin à l’intérieur des portes verrouillées.

« 1,2, 3,4 ! Ouvrez les portes centrales ! crient-ils après les flics qui se tenaient à l’intérieur derrière les barricades. Certains manifestants ont déchiré des affiches montrant des otages disparus

Un manifestant a enfoncé une porte, brisant la vitre. Un autre a heurté une porte avec la pointe d’un mât de drapeau.

Un panneau indiquant que la gare Grand Central est fermée est accroché à une fenêtre le 10 novembre 2023.
Pierre Gerber
Des agents du NYPD se tiennent derrière une barrière bloquant l’entrée de la gare Grand Central vendredi soir en raison d’une « manifestation dans le quartier ».
Pierre Gerber
Un agent du NYPD a repoussé deux manifestants alors qu’il protégeait un café Starbucks à Columbus Circle le 10 novembre 2023.
James Keivom

Des dizaines de policiers ont encerclé le terminal et ont ordonné à la foule – qui était tombée à quelques centaines – de se disperser.

Les entrées de Grand Central ont été fermées vendredi soir en raison de la manifestation.

Des manifestants pro-palestiniens ont fermé la gare lors d’une manifestation le mois dernier au cours de laquelle plus de 300 personnes ont été arrêtées.

Au moins un homme a été vu arrêté vendredi soir près de Lexington Avenue et de la 43e rue par plusieurs policiers alors que les manifestants réprimandaient les flics.

« NYPD, KKK, Tsahal ! Ils sont tous pareils ! la foule se moquait des flics.

La police a confirmé que plusieurs personnes avaient été placées en garde à vue, mais n’a pas eu de décompte final.




Charger plus…





https://nypost.com/2023/11/10/metro/anti-israel-protesters-burn-israeli-flag-splatter-fake-blood-on-ny-times-building/?utm_source=url_sitebuttons&utm_medium=site%20buttons&utm_campaign =site%20boutons

Copiez l’URL à partager

Gn En head

francaisenouvelles

The website manager responsible for technical and software work, the electronic newspaper, responsible for coordinating journalists, correspondents and administrative work at the company's headquarters.
Bouton retour en haut de la page