Jannah Theme License is not validated, Go to the theme options page to validate the license, You need a single license for each domain name.
Nouvelles locales

Des insectes tueurs d’arbres menacent les forêts du sud-ouest de la France après des incendies de forêt

« L’année 2023 est aussi cruelle et dramatique que les incendies de forêt », a déclaré Matthieu Cabaussel, l’un des syndics gérant la forêt privée de La Teste-de-Buch. « C’est une double peine. »

Le scolyte sténographe, insecte brun aéroporté mesurant un demi-centimètre, s’attaque principalement aux pins endommagés par le feu ou la tempête.

Le parasite pond ses œufs dans l’écorce et, lorsque ceux-ci éclosent, les larves descendent dans le tronc de l’arbre jusqu’à ce qu’il meure.

Là où se trouvaient autrefois des pins maritimes vieux de 250 ans, les machines bourdonnent désormais pendant que les ouvriers abattaient, élagueaient, sciaient et évacuaient les arbres infestés de parasites.

Publicité

Le long de la piste 214, qui traverse la forêt de La Teste-de-Buch, s’entassent des milliers de bûches, symbole d’une nouvelle menace environnementale dans une région où les incendies ont détruit environ 30 000 hectares de forêt l’an dernier.

Les experts affirment que l’abattage d’arbres est nécessaire pour lutter contre les infestations de scolytes, qui touchent également les forêts de l’est de la France, ainsi qu’en Europe de l’Est.

« Abattre les arbres touchés est le seul moyen de lutter contre cela », a déclaré à l’AFP Francis Maugard, responsable des risques naturels à l’Office national des forêts (ONF), un organisme gouvernemental.

Maugard a déclaré que des pièges à phéromones étaient utilisés pour mesurer l’étendue de l’infestation.

A proximité de la célèbre dune du Pilat, la plus haute dune de sable d’Europe, l’ONF a immédiatement lancé une campagne d’abattage d’arbres dans la forêt domaniale de La Teste, dont la moitié a été incendiée.

Environ 80 000 mètres cubes de bois ont été retirés, soit l’équivalent de 20 ans de récolte.

Mais dans la forêt privée, où près de 3 800 hectares ont été victimes des incendies de forêt, les autorités n’ont pas réagi aussi rapidement et les arbres n’ont commencé à être coupés qu’en janvier.

Pour Hervé Jactel, de l’Institut national de l’agriculture, de l’alimentation et de l’environnement (INRAE), une telle approche équivaut à une « gestion désastreuse ».

Jactel, directeur de recherche au laboratoire BioGeCo de l’institut, a également critiqué le stockage du bois infesté en forêt.

« C’était l’environnement de reproduction idéal », a-t-il déclaré, soulignant que les scolytes se sont également reproduits plus rapidement en raison des températures estivales élevées.

« C’est une véritable bombe à retardement », a-t-il déclaré. « Si nous ne faisons rien, le printemps 2024 sera mille fois plus dangereux. »

Cabaussel, qui participe à la gestion de la forêt privée de La Teste-de-Buch, a reconnu un certain nombre de « difficultés », notamment le temps chaud et la faible demande qui ont ralenti l’évacuation des arbres touchés.

Publicité

Fin octobre, quelque 270 000 tonnes de bois ont été évacuées de la forêt privée et il en restait au moins deux fois plus à couper.

Cabaussel espère prendre toutes les mesures nécessaires, y compris l’abattage des arbres pendant les mois d’hiver, lorsque les parasites sont inactifs, pour « sauver les forêts voisines ».

Le scolyte a déjà infiltré les zones urbaines de La Teste, obligeant les habitants à abattre les pins de leurs jardins.

« Il existe un risque d’explosion démographique », a déclaré François Hervieu, de la Direction régionale de l’alimentation, de l’agriculture et de la forêt (DRAAF), mais a ajouté que la menace était gérable.

« Nous sommes dans une situation qui nécessite la plus grande vigilance pour évacuer les arbres à temps. »

ADDUFU, une association locale d’habitants détenant un droit médiéval de ramassage du bois en forêt, a appelé à la création de sites dédiés à l’évacuation et au stockage du bois.

« Il reste encore énormément de bois à abattre et nous avons peur », a déclaré Philippe Fur, vice-président d’ADDUFU. Il craint que le problème ne fasse qu’empirer à l’avenir.

« Le désastre que nous avons subi est grave car nous ne reverrons plus une vieille forêt de notre vivant », a déclaré Cabaussel.

« Mais les écosystèmes forestiers se rétabliront très bien. »

Dans les bois décimés de La Teste-de-Buch, la nature reprend déjà ses droits : de petits plants de pins ont poussé au milieu des souches calcinées et des fougères.


thelocal En2Fr

Ray Richard

Head of technical department in some websites, I have been in the field of electronic journalism for 12 years and I am interested in travel, trips and discovering the world of technology.
Bouton retour en haut de la page